Partagez | 
 

 (too much panic and not enough disco)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 9:28

houna waldon
and i can't do nothing about his strange weather
nom/prénom ▪ Houna, cinq petites lettres qui paraissent dénuées de sens. Pourtant, tu portes le prénom de ta grand-mère maternelle, la femme qui a mis au monde le géant de la politique et des affaires qu'est ton père. Tu es un hommage, la continuité de la lignée Waldon. Un empire construit avec des fondations en or. New York murmure ton patronyme comme un prière, comme on acclame un Dieu. Ils rêvent d'être à ta place, de partager ton héritage. Enviés, regardés. Mais, derrière les fenêtres de glace de la résidence familiale, vos conflits résonnent comme ceux du bas peuple. Vos larmes ont le même goût salé d'amertume que celles de tous ceux qui ont rêvé d'être vous. Le bonheur n'est pas héréditaire.  âge/date de naissance ▪ Les années grouillent vers toi comme de la vermine. Hier encore une ride s'est creusée sur ton front. Tu regrettes ton doux visage adolescent et l'innocence de tes dix-sept ans. Maintenant âgée de vingt-sept ans, tu redoutes la trentaine comme un pécheur redoutes l'enfer. Tu crains quitter le monde sans avoir laissé ta marque, on dit que cette peur te vient de ton père. Et comme si le destin ne pouvait pas se moquer plus de toi en te faisant vieillir, il t'a fait naître un quatorze février. Jour de l'amour pour une femme qui ne s'est jamais laissée la liberté d'aimer. Alors, quand tous les couples butinent leur bonheur en ce jour de fête, tu ajoutes une énième bougie sur ton gâteau regrettant ta solitude du cœur.    lieu d'origine/nationalité ▪ New York born and raised. Personne ne se questionne sur l'endroit de ta naissance et la nationalité inscrite sur tes papiers d'identités. Tu te tenais fièrement une main sur le cœur, près de ton père, sur les marches de la Maison blanche pendant l’investiture d'Obama. Américaine patriotique, amoureuse de ton pays divisé, comme si l'amour que tu lui portes pouvait recoller les morceaux d'une population égarée.   origines divers ▪ Les cheveux blonds, l'allure princière, on aurait pu te méprendre pour un membre perdu de la famille royale russe. En effet, ta mère porte ce pays en elle, dans son sang, mais, pas dans son cœur. Il y a des choses qu'on ne mentionne pas qu'on on milite contre son propre héritage.   langues parlées ▪ Anglais, évidemment. Inscrite à des cours de français dès huit ans, tu maîtrises la langue de Molière comme la tienne. Tu parles également espagnol et italien. études/métier ▪ A tes dix-sept ans, moulée dans des robes toujours plus courtes, perchée sur des talons toujours plus hauts, tu faisais tes premiers pas dans l'industrie de la mode. Quatre ans plus tard, tu t'es lancée à science po, terminant dans l'un des plus grands bureaux de conseillers politiques de New York comme responsable de campagne.  revenus financier ▪ Une rivière de diamants au cou, des Chanel sur les yeux, des Louboutins au pieds, tu descends les avenues New Yorkaise comme une Olivia Pope blonde. Te te mouches dans des billets de banque, tu ne manques de rien et la fortune attribuée à ton nom se compte en milliards. lieu de résidence ▪ Une villa immense à shinnecock hills et proportionnelle à la collection de chaussures de Kenny. La peinture est à peine sèche et les canapés trop grands pour vos deux âmes solitaires.  orientation sexuelle ▪ Une étreinte solide contre tes hanches et des lèvres masculines sur ta peau. statut civil officiel ▪ Célibataire, même dans tes années de gloire, tu n'as jamais été de ces femmes à enchaîner les hommes comme des sacs à main. Tu t'es toujours contentée de ta solitude, trop peu confiante pour donner ta conscience à un homme qui pourrait détruire ton cœur. L'adolescente que tu as été se souvient encore trop bien des larmes d'amour à sens unique.  statut familiale ▪ Tu es la dernière née de la famille Waldon, quelques années après ton frère aîné et quelques minutes après ta sœur jumelle, Kennedy. Ton père est un politicien et homme d'affaires reconnu et ta mère une avocate névrosée redoutable. Le destin a accordé une partie floutée à ton arbre généalogique, une famille cachée, les enfants illégitimes de ton père, lesquels comptent l'ancien joueur des Yankees Nils Frey.  nb d'enfants ▪ Aucun, pourtant, tu aimerais un jour être mère. Mais, à l'instant, l'idée te paraît si lointaine que presque inespérée.  traits de caractère ▪ ambitieuse, imprévisible, charismatique, abordable, engagée, bavarde, manipulatrice, anxieuse, chaleureuse, coléreuse, sanguine, ordonnée, passionnée.

money or champagne
+ (1) papa, maman,
une terrible histoire de secrets. tu as toujours été plus proche de ton père, la seule à pouvoir s'asseoir sur ses genoux pendant les réunions. il te lisait des histoires avant que tu ailles dormir, et quand tes rêves s'effondraient un à un, il te disait de croire en toi. ta mère était une présence floue dans ta vie, toujours un verre à la main, froide et silencieuse. elle séchait tes larmes, ses mains manucurées dans tes cheveux blonds, son odeur de rose et d'alcool qu'elle cache dans son sac à main. ils sont heureux dans ta mémoire, imparfaits, compliqués mais heureux. maman est dévorée par le travail, papa est souvent absent mais tu t'es habituée. tu jouais avec tes poupées de porcelaines, coiffant leur cheveux avec ta sœur jumelle, puis, quelques années plus tard, tu sortais, trébuchant au bras de ton frère aîné. kenny a toujours été la réflexion parfaite de maman, le même sourire satisfait, le même éclat diabolique dans le regard. toi, tu es une fille à papa. enfin, tu étais. l'équilibre fragile sur lequel tenait votre empire semble trembler sous l'effet de tout ce que vous ne dites pas. un jour, tu es rentrée à la maison et maman se tenait sur le balcon, un peu plus ivre que d'habitude, un peu trop penchée vers les avenues new yorkaises cinquante étages plus bas. papa, assis à son bureau dans une piscine de verre brisé. le silence. ils ne se parlent presque plus, s'évitent dans les couloirs solitaires du penthouse familial et toi, tu te coupes les doigts en tentant de recoller les morceaux. tu as osé demander des réponses aux questions que personne ne voulait poser. tu ne les as jamais obtenues. alors, un soir, tu as fouillé, sur un coup de tête. et, tu es incapable d'expliquer ce que tu as trouvé. des sommes d'argent qui disparaissent, un autre téléphone inconnu au nom de ton père. si personne ne veut t'éclairer alors tu seras ton propre phare. et, celui éclaire directement les hamptons.  

+ (2) le mannequinat,
seulement d'autres femmes comprennent ce que c'est de grandir dans des stéréotypes qui ressemblent à une prison. très peu savent ce que c'est de grandir dans tes escarpins. à seize ans, tu préférais déjà les conférences aux galas, les tailleurs aux robes de soirées. on se moquait de toi. ce n'est pas un monde de femmes. tu rêvais de trop à leurs yeux, les filles comme toi sont faites pour la soie et la délicatesse. si seulement à cette époque tu avais su qu'on peut redresser un pays en talons hauts et ongles manucurés. à dix-sept ans, ça te paraissait si éloigné. un cœur brisé et un énième commentaire sexiste avaient suffit à pousser une adolescente peu sûre d'elle à abandonner tous ses rêves pour suivre la voie tracée pour elle. le mannequinat t'a accueillie à bras ouverts, comme s'il t'avait toujours attendue. d'abord chanel, puis balmain et givenchy. elie saab et dior. tu as été propulsée sur les podiums et déjà à dix-huit ans, tu étais le quinzième mannequin le mieux payé. ange de victoria secret, muse des couturiers, reine des fashion weeks. tu as connu la gloire et les flashs des photographes, les foules et les cris. puis, le néant.

+ (3) les hommes de ta vie,
certains disent qu'une femme se construit grâce aux hommes de sa vie. ils ont peut être posé les premières briques mais tu as construit toi même ton château. ton père a été le premier a laisser une trace indélébile en toi, ton modèle, la main sur ton épaule. puis, il y a eu ton frère. et enfin, lui. le premier homme que tu as aimé, le dernier aussi. ça n'a duré qu'un instant, l'histoire d'un amour de jeunesse, d'un premier coup de foudre. pourtant, ça a laissé un goût amer dans ta bouche. une histoire que tu aurais dû oublier mais qui te pèse dès que tu fais un pas en avant vers un homme. le fils d'un ami de ton père, tu le connais depuis que tu as l'âge de marcher. il était plus vieux, séduisant, avec cette petite chose qui fait tomber les femmes à genoux. toi aussi, t'es tombée. mais, il en a épousé une autre. tu te souviens avoir pleuré, recroquevillée dans ton lit. tu es devenue mannequin pour l'oublier, tu as foiré quatre ans de ta vie pour un homme que tu connaissais à peine. tu as voulu l'oublier, jouant la morte pendant presque dix ans. il t'a oubliée. tu avais presque réussi toi aussi. et puis, un jour, il a fallu que tu lèves les yeux vers le balcon avoisinant le tien, recroisant son regard après des années. la chute est rude, les souvenirs aussi. ce n'était pas le moment à l'époque, mais, peut être que maintenant ça l'est.  

+ (4) la chute,
jolie mannequin blonde, toute le versace vêtue. une cigarette entre les doigts, le regard perdu sur les voitures qui défilent. le maquilleur s'affère sur ton visage immobile, les sourcils froncés. la télévision est allumée, un autre politicien qui déblatère de la merde. tu veux vomir mais tu n'as rien mangé depuis hier. ton père dit que tu t'effaces dans l'ombre de ta célébrité, que sa petite fille est morte entre les photoshoots. tu as égaré tes rêves au fond d'une boîte d'anti-dépresseur et ton ambition dans une bouteille de vodka. alcoolisée, défoncée, fatiguée, tu peux presque voir le visage de ta mère dans le miroir. même maintenant, tu ne peux expliquer ce qu'il s'est passé ce jour là. les traits figés, tu t'es levée, comme possédée. tu as écrasé ta cigarette sous ton escarpin, saluant au passage ton photographe. tu t'es éclipsée, comme si tu allais revenir après une pause. tu as pris un taxi, les larmes dégoulinant sur tes joues. tu as terminé dans le bureau de ton père, sanglotant que tu voulais que ça s'arrête, que tout s'arrête. il a appelé ton manager alors que tu supprimais tes comptes sur les réseaux sociaux. trois semaines plus tard, tu étais de retour à l'université. cinq ans plus tard, le mannequin est mort mais la femme s'est relevée.

+ (5) la renaissance,
les genoux écorchés par une chute brutale. la réalité est plus dure que le béton du trottoir, tu t'es coupée en voulant te noyer dans une illusion. douce princesse, la vie ne t'a pas épargnée. mais, tu es une waldon. ton patronyme est une épreuve mais aussi une main à laquelle t'accrocher. papa t'a sortie du trou, maman t'a tenue contre elle, kenny a caressé tes cheveux et alec a juré qu'il serait là pour toujours et tu t'es sentie entière. tu appartiens à plus grand que toi même. tu appartiens à une génération de femmes ouragans qui terrifient notre société. alors, tu t'es relevée, plus grande encore que perchée sur les plus hauts des talons. tu as relevée ta tête, et, tu es entrée dans ton monde d'hommes. ils ne te respectent pas, tu le sais. ils se moquent quand tu passes, murmurent des choses qui auraient brisé l'ancienne houna. mais, tu gardes le sourire. si eux ne veulent pas oublier le mannequin, pour toi, c'est une époque révolue et tu es à ta place.

+ (6) les hamptons,
villas multicolores, gazons luisants, océan déchaîné, les hamptons se résume à un rêve emprisonné dans la réalité. comme un oasis à quelques kilomètres de new york, tu y as passé tous tes étés. pourtant, il y a toujours eu cette atmosphère étrange, des coups d’œil suspicieux de ton père, ses absences.  tu te souviens encore des journées où il disparaissait, sans même laisser un mot. maman hochait la tête, balayant ta moue ennuyée d'un revers de la main. les hamptons représentent un rêve mais pour toi, ils sont la triste réalité. tu n'as pas été plus étonnée que ça, en apprenant que tous les secrets de ton père te menaient ici. tout a commencé ici. tous tes doutes sont nés sur les belles pelouses, face à la mer. kenny t'a suivie, parce que vous ne supportez pas d'être séparée. tu t'attendais à plus de résistance, d'habitude, c'est elle la reine des caprices. mais, elle est venue. ton père a claqué la porte en apprenant que tu quittais new york, enfin, pour un certain temps. ta mère n'a rien dit, comme d'habitude. les valises étalées devant le penthouse, tu as fermé la porte sans même regarder en arrière. retour au commencement, sur fond de drame familial.

+ all the little things,
7 + tu fumes, depuis que tu as commencé le mannequinat. une mauvaise habitude qui ne te quitte pas. 8 + enfant, tu faisais de l'athlétisme. tu as gagné quelques concours au sein de l'état, avant de finalement abandonner ton passe-temps pour te consacrer à la mode. 9 + tu cours toujours, trois fois par semaine, pour entretenir ton corps vieillissant de mannequin. 10 + claustrophobe, tu ne te déplaces que très rarement en avion, optant plus souvent pour l'hélicoptère familial. 11 + tu aimes la musique, le jazz particulièrement. 12 + tu possèdes une résidence à washington. 13 + tu aimes le sport, comme ton père. tu es une grande fan des yankees, au grand damne de ton paternel. 14 + tu es une femme classique, souvent en escarpins et tailleurs, en réalité, tu préfères les jeans confortables. 15 + engagée dans de nombreuses causes, tu as eu l'occasion de faire de l'humanitaire au kenya. tu te déclares également féministe. 16 + bien qu'un peu handicapée des sentiments, tu n'es pas une fille solitaire pour autant. si ton cœur demeure intact, tu as laissé ton corps entre les mains d'inconnus plus d'une fois. 17 + si tu es née dans une famille catholique, aujourd'hui, la religion ne t'attire plus vraiment et tu as décidé de la mettre de côté pour ne pas être influencée par celle-ci. bien que tu ne rates jamais la messe de noël. 18 + malgré les apparences, tu sais cuisiner. tu as pris des cours il y a quelques années. 19 + tu ne voyages jamais sans tes deux téléphones et ton mac, ultra connectée, tu te sers des réseaux sociaux pour appuyer tes campagnes. 20 + tu es douée dans ton boulot. trop souvent ignorée, certes, mais, tu sais ce que tu veux. moderne et excellent oratrice, tu sais te montrer convaincante et fine manipulatrice.

fuck love, give me diamonds:
 


Dernière édition par Houna Waldon le Dim 30 Avr - 5:05, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 9:29

si vous voulez des liens, n'hésitez pas à me harceler   je cherche de tout, un cercle d'amis d'enfance richissimes, des collègues, des anciens mannequins et membres du monde de la mode avec qui houna aurait encore contact, le voisin d'en face, des trucs bizarres et pleins de belles choses  I love you
Citation :
houna waldon ou daddy's girl. elle est la fille d'un richissime homme d'affaires et d'une femme névrosée aux tendances un peu trop alcooliques. enfance plutôt heureuse, malgré l'univers auquel elle appartient, ses parents étaient plutôt présents dans sa vie. adolescente ambitieuse qui voulait changer le monde, elle s'est laissée emporter par les stéréotypes. devenue mannequin pour plaire à un monde qui préfère ses femmes muettes et belles, elle a connu un succès fulgurant pendant quelques années. elle a défilé et posé pour de grandes marques de ses dix-sept ans à ses vingt-et-un ans. elle avait choisi la voie facile, un idéal très éloigné de ses rêves de gamine. fille à papa, trop intelligente pour être tenue muette, intéressée par son monde, la politique et les affaires, elle avait un jour rêvé suivre les traces de son père ou travailler pour de grands politiciens. âgée de vingt-et-un ans, riche, célèbre et vide. le cœur et l'esprit en vrac, elle était devenue ce qu'elle redoutait le plus. alors, elle a tout arrêté. du jour au lendemain, elle a mis fin à ses contrats, elle a supprimé ses comptes sur les réseaux sociaux. elle est devenue un fantôme. en parallèle, elle a repris ses études, pour le plus grand plaisir de son père. elle est devenue manager de campagne, épanouie mais tellement sous-estimée. en effet, dans ce milieu de requins, la poupée barbie blonde qu'elle était n'a pas été oubliée. moquée, ignorée et mise de côté pour son passé, elle n'est pas prise au sérieux par ses collègues et doit encore prouver sa place parmi le monde de requins des politiciens.

parallèlement, l'équilibre familial instauré par la famille waldon depuis des années semble s'écrouler. depuis quelques mois, la mère de houna s'est enfoncée profondément dans son mutisme, un verre de vin à la main et des larmes dans les yeux. ses parents ne se parlent plus, s'ignorent et se perdent dans leur prison faite de silence. houna s'interroge et se questionne. proche des siens, elle les a confronté mais n'a obtenu que des mensonges. elle sait que quelque chose ne va pas. alors, elle a fouillé. elle ne savait pas ce qu'elle cherchait à cette époque, aujourd'hui, elle ne pense plus qu'aux sommes d'argent qui disparaissent, aux absences répétées de son père et aux appels étranges.
elle mène une enquête contre sa propre famille et, elle a décidé de quitter son new york natal avec sa sœur jumelle kenny pour s'installer dans les hamptons, là où toutes ses pistes semblent la mener.


Dernière édition par Houna Waldon le Sam 29 Avr - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 9:33

MARGOT
je l'aime vraiment trop cette femme le titre, le pseudo, je valide tout
hâte d'en savoir plus et bienvenue I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 10:35

camila
merci ma belle pour tous ces compliments, je suis heureuse que ma houna plaise I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 10:38

robbie, ce pseudo, le profil
bienvenue par ici I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 10:39

Margot et le boulot, j'adore
Bienvenue! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Nils Frey
❛ don't ever apologize for the fire in you.
avatar

Messages : 207
Avatar, © : max irons (©mine).
Multinicks : sybil.
Pseudo : belispeak, anaïs.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood:
Relationships:
Availability:

MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 12:16

Frey > Waldon. Just saying.
Bienvenue, t'es parfaite.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
▪ ▪ ▪  ‘I’m not going to die,’ he said. ‘Not till I’ve seen it.’ ‘Seen what?’ His smile widened. ‘Everything.’



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 12:17


robbie est canon, excellent choix et le personnage promet
bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 12:19

tout est trop canon
bienvenue par ici et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Savie Schuyler
- too vicious for hell
avatar

Messages : 445
Avatar, © : danielle campbell, mine.
Multinicks : lowell, seth.
Pseudo : witchling, clau.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Wainscott
Relationships:
Availability: available - fr/ang.

MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 13:50

Nils Frey a écrit:
Frey > Waldon. Just saying.

Si jamais il te cause trop de soucis, viens voir Dev.
Bienvenuuue! Faudra définitivement se trouver un lien.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
throw her to the wolves, and she'll return leading the pack.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hamptonsvibe.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 13:56

gigi, lili cette bombe I love you I love you merci ma belle

niomi phoebe ma déesse I love you merci pour ces compliments

nils dans tes rêves, t'es juste jaloux de pas être l'enfant officiel les twins vont bientôt venir te botter les fesses en personne.

taron chris + le pseudo, je suis fan, merci beaucoup

lucius je te retourne le compliment

dev oh, tu sais, il rigolera moins quand on lui volera la vedette dans les hamptons oui, définitivement, houna étant une ancienne mannequin qui a même défilé pour vs, un lien s'impose
Revenir en haut Aller en bas
Savie Schuyler
- too vicious for hell
avatar

Messages : 445
Avatar, © : danielle campbell, mine.
Multinicks : lowell, seth.
Pseudo : witchling, clau.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Wainscott
Relationships:
Availability: available - fr/ang.

MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 14:13

OHH ANGEL.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
throw her to the wolves, and she'll return leading the pack.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hamptonsvibe.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 15:37

t beL Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Sterling

avatar

Messages : 341
Avatar, © : claflin, vinyles idylles.
Multinicks : kitty.
Pseudo : aghnn.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Amagansett
Relationships:
Availability: yep (1/3)

MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 17:29

oké, ce début me fait pleurer des larmes de sang, j'veux, j'exige un lien entre gens qui gravitent dans la sphère politique
(lloyd était dircab de son oncle qui est le chef de file des démocrates au congrès, il a quitté son poste pour gérer la comm d'hillary clinton et là, il est un peu en pls mais bon Arrow Arrow)
bref bienvenue

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

❝ yes i know there's a special place in hell for me ... it's called the throne. ❞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 17:31

Margot, une merveille !
Bienvenue par ici, je viendrais te réclamer un lien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Sam 29 Avr - 17:58

kenny la beauté est héréditaire, c'est un fait

lloyd oh, je suis flattée avec plaisir pour le lien, entre politiciens du même parti et gamins du beau monde, on va faire de belles choses toi et moi

clay kj avec plaisir I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Dim 30 Avr - 6:06

Bienvenue, avec la belle Margot. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   Dim 30 Avr - 7:35

Ça a vraiment été un plaisir de lire ta fiche, je visualisais la scène en même temps en plus de ça être Olivia Pope en version blonde, je crois qu'on ne peut pas faire plus classe
Je valide, bon jeu!! I love you

ps: Y'a que moi qui pense à la chanson des BB brunes à cause de Houna?
ps 2: je t'ajoute au bottin en fin de soirée, je suis sur le portable tongue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (too much panic and not enough disco)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(too much panic and not enough disco)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blind Test Disco
» DragonTAZ, Prêtre Disco !!!
» Panic Museum / Haunted Museum
» Le disco n'est pas mort!!!!!
» [DISCO] On recrute !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH MY HAMPTONS!! :: VII. SHOULD OLD ACQUAINTANCE BE FORGOT :: That Which We Destroy :: Grumpy Old Versions-
Sauter vers: