Partagez | 
 

 we are still kids. [w/lowell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jane Wembley

avatar

Messages : 138
Avatar, © : alicia vikander, mine.
Pseudo : moonlight, dorine.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Shinnecock Hills
Relationships:
Availability: fr/en, available.

MessageSujet: we are still kids. [w/lowell]   Ven 5 Mai - 20:43


I'm feeling younger every time that I'm alone with you.
En cette affreuse matinée où le soleil n'avait aucune envie de pointer le bout de soleil, Jane était pourtant de très bonne humeur. Elle quittait les Hamptons pour une journée avec Lowell, afin de se rendre dans sa patinoire. La famille Wembley, plus précisément le patriarche, avait racheté il y a plus de dix celle-ci afin que la sportive puisse s'y entraîner librement, et à n'importe quel moment si elle en avait besoin. Ils en avaient largement les moyens, alors autant le faire. La patinoire était aujourd'hui fermée au public puisqu'elle l'avait réservée, ayant l'amabilité de prévenir à l'avance, même si certains diraient que c'est la moindre des choses. Depuis de très longues minutes, la brunette restait dans ses draps, les yeux ouverts et fixant le ciel par la fenêtre située en face de son lit, pensive comme bien souvent. Ciel chargé de nuages et pluie omniprésente alors qu'il faisait très beau ces temps-ci, Jane était alors bien contente qu'ils aient choisi cette journée pour s'enfermer au froid. Les réveils sont toujours difficiles pour Jane, et elle met du temps à poser ses deux pieds au sol. Elle prend un petit-déjeuner complet, se douche, se prépare tranquillement et emmène avec elle son sac à main. Ses patins sont, quant à eux, déjà à la patinoire. Elle se rend ensuite à la voiture dans laquelle le chauffeur l'attendait déjà un bon petit moment. Mais ce n'est pas un rendez-vous d'affaires où la ponctualité est absolument nécessaire, c'est juste Lowell, il peut très bien attendre. Peut-être même qu'il est lui aussi en retard et dans ce cas, Jane n'aurait pas envie d'être celle qui attend pour décoller. Elle déteste attendre les gens ou quelque chose, et préfère largement être attendue. Le trajet en voiture est plutôt court et elle est déjà à l'aéroport privé, où l'avion est prêt à décoller, la pluie tombant toujours à flot. Elle se dépêche à rentrer, souhaitant éviter d'être trempée de la tête aux pieds. Lowell est déjà là, ce n'est pas une surprise avec le retard qu'elle a. Il lui fait évidemment une remarque dont elle s'amuse et en peu de temps, ils sont rendus à la patinoire, après que le chauffeur les ait de nouveau emmené là-bas. Ils sont enfin tous les deux chaussés de leur plus belle paire et peuvent enfin se rendre sur la patinoire. Enfin, elle est sur son élément, la glace. Ce sol qui lui a permis de décrocher des titres prestigieux de nombreuses fois mais aussi celui sur lequel elle a terminé sa carrière professionnelle à cause de cette stupide blessure qui lui cause parfois des douleurs. Heureusement, patiner de temps en temps ne lui était pas interdit, et de toute façon, elle n'aurait jamais pu s'en passer toute une vie. De plus, elle avait passé tellement de temps ici, à s'entraîner de façon très intensive, à vouloir être parfaite et ne faire aucune erreur le moment venu, mais ce n'était plus d'actualité, juste une passion désormais. Toute souriante, les cheveux relevés et les patins bien sur la glace, Jane fait quelques mouvements puis se retourne sur Lowell, qui n'est pas encore rentré. Pendant tellement longtemps, elle lui avait proposé puis avait insisté de nombreuses fois pour qu'il patine et il avait finalement accepté. Jane avait été plus qu'heureuse d'entendre cette nouvelle. — Come on, it's time. Comme si la sentence était proche. Pourtant, c'était un moment de pure joie pour Jane et elle espérait que ce le soit aussi pour Lowell. Elle l'attend et souhaite voir comment il se débrouille. — Maybe you've made a mistake in your career. Elle en doutait fortement, mais elle pouvait être mauvaise langue, il allait peut-être l'étonner, qui sait?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
so i'll hit the lights and you lock the doors. we ain't leaving this room 'til we bust the mold. don't walk away, don't roll your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lowell Varsoci
overcome by this war of hearts
avatar

Messages : 209
Avatar, © : matthew daddario, myself.
Multinicks : dev.
Pseudo : witchling, clau.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Quogue
Relationships:
Availability: tc, aurora, sayer, jane, nils. [closed]

MessageSujet: Re: we are still kids. [w/lowell]   Lun 15 Mai - 21:38


i'm begging please don't play, no more sad songs.
there's no more danger, talking to strangers.
Non, ce n'était pas une bonne idée. Revenir dans le passé n'est pas possible, et Lowell Varsoci souhaite silencieusement la trouvaille magique du retour en arrière. Malheureusement, son réveil-matin sonne, s'annonce clairement et agressivement. Ses oreilles bourdonnent. Il n'a pas réussi à fermer l'oeil de la nuit, comme un pauvre idiot condamné à la pendaison le lendemain. Il a mentit, ô comment il a feint être un bon patineur. L'art du poker face sur son visage parsemé de franchise, criant sa nullité en réalité. Ses lèvres procrastinant d'avouer la terrible vérité. Et même son amour d'été ne parviendrait pas à surmonter l'impossible. L'italien ne sait pas marcher correctement, apparemment, sautiller n'est pas la façon de faire. Talons puis orteils, un pied à la fois. Le truc le plus fondamental de l'existence humaine : il parvient à peine à le faire. Patiner, moi dio, il n'y arrivera pas. Alors il s'habille, Lowell, camoufle toute crainte, nervosité commençant à enflammer ses tripes. Sa gorge se serre, il n'en fait pas de cas, la contre avec un toussotement. Ça ne lui prend pas longtemps, il arrive en avance. Jane et lui ont une histoire, belle, mémorable, mais qui fut éphémère. Un seul été, s'étaient-ils promis. Tout un, qui prit fin en restant dans leur mémoire. Les courbes sveltes de Jane lui appartenu pour quelques mois, plusieurs semaines de bonheur qui coulaient dans son sang. Il s'en souviendrait longtemps, de cet été-là. Car après tout ce qu'ils avaient traversés, les joies, les peines, ils en étaient ressortis des meilleurs amis. Lowell ne pouvait pas concevoir que leur avenir ne fut pas ensemble. Jane et lui, la paire, un tout, un juste équilibre, la perfection. Pourtant, fut-il surpris par le futur, ce qui leur arriveraient à tous les deux. Un soupir lourd de sens sort de sa bouche, sa main joignant son humeur générale et arrêtant le moteur de sa voiture. Il attend, là, en avance comme toujours – un gentleman restera toujours ce qu'il est surtout Lowell – la présence de cette amie qui débordait d'impatience face à cette activité. Le patinage. Des sueurs froides passèrent, caressant son échine avec une douceur troublante, machiavélique. Lui, l'italien qui surmontait tous les problèmes, qui ne disait jamais non, le refus – un mot qu'il n'a pas apprit. La vérité torturait son palais avec insistance. Puis elle arriva, comme une déesse avec sa chevelure brune, ses yeux enchanteurs. Elle détenait la clé de tous ses problèmes en main : des patins. Il roule les yeux espérant ne pas être aussi terrible qu'il le pensait. Jane ne change pas d'avis et ils se retrouvent tous les deux dans le jet privé, prêt à se rendre à la patinoire. Celle-ci, pleine de souvenirs, ravissait, évidemment, sa compagne. Un large sourire sur le visage de la brune, non-partagé par Lowell qui refoula son anxiété sur ses patins noirs. Aucunement question qu'il chausse des affreux blancs. Ils terminent et bien sûr, elle se rend sur la glace et les gestes viennent naturellement. Pour la première fois de sa vie, il se sent pétrifié, terrorisé même. How the fuck am I supposed to lie about this, pense-t-il en continuant d'observer certain que ça ne se déroulerait pas aussi simplement pour lui. It's like riding a bike. Sauf qu'il n'a jamais patiné. Son arrêt de mort est signé lorsqu'elle lui demande finalement de venir la rejoindre. Il n'a pas envie, plutôt s'enfuir en courant comme un gamin. Des larmes, voilà, s'il pleurait, elle ne le forcerait pas. Sa mère viendrait le réconforter, comme un pauvre gosse. Do not push me Wembley. Il la désigne d'un doigt, très sérieux dans ses propos. Une grande respiration et il met un pied sur la glace, puis un second. Lowell sourit comme un idiot, fier de lui. Il ne reste que la partie ou il doit bouger : il ignore ce fait et tente de glisser comme les films lui avaient appris – car oui, il s'était fait un marathon ridicule des films clichés de patinage, autant dire que la plupart sont soit des romances à l'eau de rose, ou bien des comédies qui ne font aucun sens – un patin à la fois, se laissant mener par la glace. Mais voilà, le Varsoci n'est pas un patineur. Il s'effondre avec la grâce d'un éléphant sur la glace, tombe sur le dos, comme lors d'un de ses hivers dans les Hamptons. L'homme d'un mètre quatre-vingt-douze tombe, sa grandeur n'aidant en rien la chute. Si il manque pleurer, son égo blessé, il ne le fait pas et se relève en poussant des jurons italiens. It'll be fun, you said. It's easy, you said. Il essuie la glace présente sur son arrière-train d'un geste de main furieux. It hurts. I'm not a goddess like you, okay. Give me a break with the career thing. Lowell ne tente même pas d'avancer, il ne bouge pas et tend plutôt les mains voyant du coin de l'oeil le rictus prononcé sur le visage de son amie. Stop being cocky and help me. Il s'empare des mains de la patineuse avec un sourire pour imiter chacun de ses mouvements. Mais il doute qu'en une seule session, il soit aussi doué qu'elle. You know, I always loved that about you. You look amazing on the ice. Almost made me wish we didn't made that promise of only one summer. Il rit, amusé par ses propres mots. Mais les patins décident à nouveau de ne pas être synchroniser et il manque tomber amenant Jane dans sa chute, heureusement, ça n'arrive pas. Ou du moins, pas encore.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
And do not mistake to think, that I could possibly be made to leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Wembley

avatar

Messages : 138
Avatar, © : alicia vikander, mine.
Pseudo : moonlight, dorine.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Shinnecock Hills
Relationships:
Availability: fr/en, available.

MessageSujet: Re: we are still kids. [w/lowell]   Ven 26 Mai - 19:57

Depuis qu'elle dirigeait le groupe, Jane avait moins de temps pour le patinage, ses journées étant très rapidement remplies. Un inconvénient comme un avantage, puisque ça lui permettait de ne pas trop pousser sur ce sport. Si elle avait tout son temps libre, elle le passerait, pour la plupart, à patiner, encore et encore. Et ce serait très mauvais, même si merveilleux dans un autre sens. Alors c'était un mal pour un bien, elle avait d'autres choses à faire pour se bourrer le crâne mais parfois, moins épanouissantes. Finalement, Jane avait eu raison de penser que la tâche serait difficile pour Lowell, contrairement à ce qu'il lui avait pourtant dit, et c'était d'ailleurs bel et bien le cas. Les chevilles sont tremblotantes et les pas du jeune homme, incertains. Rien n'est gracieux dans ses gestes, et il ne maîtrise absolument rien. Puis, vint une chute. Jane aurait pu venir l'aider, mais il se relève tout seul. Heureusement, rien de grave. De toute façon, en ne bougeant presque pas, il faudrait vraiment le vouloir pour se blesser gravement. Mais avec Lowell, on ne pouvait pas être au bout de ses surprises. — Yes, and I wasn't lying. Look, it's already fun. Pour elle, mais sans doute pas pour lui. Il n'était pas à l'aise, et n'importe qui aurait pu le voir, rien ne pouvait cacher cela. Même un enfant aurait été plus confortable dans ses patins, c'était d'ailleurs très souvent le cas comparé à des adultes novices. — And it's actually easy. But I didn't thought you were so bad. I had so many hopes in you. Heureusement que ce n'était pas la vérité, ou elle aurait été terriblement déçu qu'il ait menti sur son niveau. Jane ne peut d'ailleurs pas s'empêcher d'afficher un grand sourire sur son visage quand il ronchonne, tel un enfant. La brunette avait déjà dû apprendre à sa sœur à patiner, et les fondations n'étaient pas si mauvaises que Lowell. La tâche s'annonçait dors-et-déjà compliquée. — Oh, poor thing., dit-elle comme si elle avait pitié pour lui, déjà désespérée de le voir ainsi. Mais il avait au moins le mérite de la faire rire. — You're really worse than a child. But I guess that complaining is in the genes of the Italians. Peut-être était-ce finalement une très mauvaise idée de l'amener ici, mais quel plaisir de le voir dans un élément où il n'avait aucun contrôle. Il demande de l'aide, et la jeune femme se met face à lui pour lui permettre d'être  plus équilibré, le guidant dans ses mouvements et sa trajectoire. Mais il serait bien capable de la défigurer en la coupant avec ses patins en tombant. Heureusement qu'il était chirurgien, il serait au moins utile pour ça si elle se blessait mais n'espérons pas en arriver à ce stade-là. Enfin, ce serait certainement de la faute de Lowell. Par contre, s'il arrivait quelque chose au jeune homme, elle serait bien dans la mouise. Puis le grand brun lui rappela cette période où ils avaient été amants durant deux mois, relation grâce à laquelle ils avaient désormais cette amitié où ils en reparlaient parfois en rigolant, comme c'était le cas là. Deux tendres mois, pas plus, s'étaient-ils promis. Elle s'en rappelait comme si c'était hier. — We can easily break that promise. Regard tout à fait sérieux et presque séducteur, appuyant les propos qu'elle vient de dire. Elle le savait pourtant marié, à ce qu'elle sache en tout cas. Il plaisante de toute façon, alors pourquoi pas elle? Et puis, c'est parfois très plaisant d'avoir des conversations légères. Quoi que, c'était souvent le cas avec Jane. Finalement, elle lâche une main du jeune homme puisqu'ils y arrivaient bien jusqu'ici. En même temps, il ne faisait presque rien, si ce n'est de se faire traîner, il fallait bien qu'il essaye réellement. Il avait toute la place nécessaire pour cela, personne d'autre pour le déranger, personne qui pourrait le bousculer, il pourrait très bien essayer toutes les pirouettes qu'il voulait. Mais il faudrait, par mesure de sécurité, qu'il appelle un de ses collègues, Jane n'ayant presque aucune notion dans les gestes de secours, il n'aurait pas de chance de survie avec elle. Elle savait le numéro des secours, c'était déjà ça.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
so i'll hit the lights and you lock the doors. we ain't leaving this room 'til we bust the mold. don't walk away, don't roll your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lowell Varsoci
overcome by this war of hearts
avatar

Messages : 209
Avatar, © : matthew daddario, myself.
Multinicks : dev.
Pseudo : witchling, clau.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Quogue
Relationships:
Availability: tc, aurora, sayer, jane, nils. [closed]

MessageSujet: Re: we are still kids. [w/lowell]   Dim 11 Juin - 3:07

Cet été éphémère qui ne dura que quelques mois restait encore gravé dans sa mémoire aujourd'hui. Un sentiment de joie, de déjà-vu alors qu'il tentant de trouver un certain équilibre sur la glace. Ses pensés revenaient souvent à elle, à Jane, à combien ils étaient parfaits ensemble. Mais cette promesse, aucun d'eux n'eut osé revenir dessus. Initié le sujet serait la défaite. Et si l'autre refusait? Serait-ce la fin d'une relation d'amitié? Tant de questions dans une tête déjà pleine d'idées, de faits. L'homme soupire lorsqu'elle dit avoir du plaisir, lui, n'en a pas pour une seule seconde. Tout son être est chamboulé, perturbé par cette surface glissante qui risque de l'amener à l'hôpital. Peut-être que son genoux accompagnerait celui de Nils tient, les deux hommes formeraient un couple parfait après quoi. So bad. Why so much hate, Jane? Sa voix tremblent, incertaine, cherchant des repères. Bien sûr, elle continue de se moquer au lieu de l'aider, préférant noter qu'il agit comme un enfant à chialer. Mais Lowell est un adulte qui prend en considération sa carrière de chirurgien qui pourrait être fichu à cause de cette escapade sur la glace qui a vu grandir une Jane plus magnifique sur la glace qu'ailleurs. Lui qui l'avait très souvent accompagné après leur mois ensemble, n'a jamais manqué une seule compétition, télévisé au non, il devait s'y rendre, que ce soit sans qu'elle le sache en personne, en secret, ou bien caché derrière un écran. Mais jamais auparavant n'avaient-ils été que tous les deux. Et voilà qu'elle découvrait ô combien sa vanité et son égo avaient emporté sur la vérité concernant son expérience de patineur; qui est nulle. I feel deeply hurt now. Le Varsoci fait la moue, bien qu'il le sait, il est meilleur à d'autre département. Jane joue avec lui, enfin, après qu'il en est fait de même. Ils reparlent de cet été, de combien il eut espéré autrefois qu'ils deviennent plus que des amants, mais aujourd'hui, bien qu'il ne voudrait, trop de chose avaient changé, et malgré son instance de divorce dont elle n'était qu'à moitié au courant, ça ne voulait pas dire qu'ils iraient dans les bras de la première venue, Jane ou pas Jane. Lowell réussi - en majeur parti grâce à l'aide de Jane - à patiner ou enfin à obtenir une base solide pour se tenir. Il imagine ses patins comme un scalpel, précision, en douceur, glisser sur la surface avec le tranchant. Étrangement, imaginer une chirurgie le calme. Là, il est dans son élément. And break one of my arm at the same time? No thank you. L'image d'eux en train de s'embrasser et... copuler sur une glace provoque des frissons qui se répandent jusqu'à son épine dorsal. La meilleure façon possible de devoir passer sous le scalpel plusieurs semaines de suite pour réparé les dégâts causé par les coups de patins. Let's at least wait until we're out of the ice. Un sourire apparaît à nouveau sur ce visage d'ange, pensés tournant en rond, se détournant sur d'autres constellations, pensant à ce mariage détruit, à cette idylle d'adolescence terminé depuis des lunes, à cet été sublime passé en la compagnie de cette brunette qui grandit pour devenir une divinité de la glace, ou du moins quelque chose qui s'en approche. I think I'm getting better. Show me something cool now. Le large sourire de moquerie sur son visage ne fait qu'augmenter.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
And do not mistake to think, that I could possibly be made to leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Wembley

avatar

Messages : 138
Avatar, © : alicia vikander, mine.
Pseudo : moonlight, dorine.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Shinnecock Hills
Relationships:
Availability: fr/en, available.

MessageSujet: Re: we are still kids. [w/lowell]   Ven 30 Juin - 20:30

A l'époque, Jane avait été malheureuse après la fin de l'été et donc la fin de leur relation. Elle était beaucoup trop sensible d'ailleurs et toutes ces choses accumulées ont fait qu'elle s'est créée une carapace de plus en plus dure avec le temps. Qu'est-ce que ce serait donc dans dix ans? Petite et en grandissant, elle prenait tout trop à cœur, se mettait à fond dans tout ce qu'elle faisait. Trop, toujours. Dans son travail, ça n'avait pas changé, elle en faisait toujours plus qu'il ne le fallait réellement. Mais dans tous les autres côtés, elle était presque devenue le contraire d'avant. Méfiante, n'osant pas, se refermant. Elle s'était quelque peu améliorée là-dessus, mais ce n'était encore pas totalement ça. Mais désormais, en se souvenant de sa relation avec Lowell, elle en rigolait, en plaisantait et s'en souvenait d'une façon positive puisque ça leur permis de devenir amis. Sans ça, qui sait s'ils le seraient aujourd'hui? La plupart du temps, c'était dans le sens inverse mais à croire qu'elle ne faisait jamais comme tout le monde. — It won't be as exciting as on ice. Un clin d'oeil, simplement pour continuer dans ce jeu qui ne serait que des paroles. Elle se rendait d'ailleurs compte qu'elle n'avait jamais tenté l'expérience sur la glace, dommage. — Yes, really better. Il ne ment pas sur ça, il s'est bel et bien amélioré. Il arrive à tenir debout et patinant en se tenant à Jane, c'est déjà merveilleux. Mais voilà qu'il lui demande de faire quelque chose de plus original. Aurait-il dans l'idée de reproduire ce qu'elle compte faire ? Elle le lâche, en espérant qu'il ne se casse pas une cheville en se tenant au rebord. La jeune femme se lance dans une pirouette, pied dans la main et enchaîne avec un axel simple. Elle hésite à continuer, partant du principe qu'il ne faut pas dire de gros-mots à un enfant si on ne veut pas qu'il les redise. Mais c'est trop tentant et Jane décide d'effectuer un triple axel après quelques traversées et autres figures. Elle grimace, son genou lui faisait quelques fois mal, mais c'est tout à fait supportable, elle a eu pire. Elle revient ensuite devant Lowell, resté à sa place précédente, comme s'il était paralysé, incapable de bouger sans une quelconque aide. — Do you want to try it? La question est réelle, le veut-il? Il serait tout à fait capable de dire oui pour son égo, mais dire non serait bien plus raisonnable. Mais dans un second temps, il ne devrait pas s'en sentir incapable s'il n'a pas essayé maintes et maintes fois. Peut-être pas l'extrême tout de suite par contre. Jane avait eu besoin de s'entraîner jours et nuits pour réussir dans ce domaine, et elle ne le regrettait tellement pas parce que ça l'avait rendue tellement heureuse -même si ça l'avait parfois fait devenir aigrie. — You should already try to be more gracious and more relaxed. Pour ce dernier point, cela sera sans doute plus long mais pas impossible. — I'm curious, why did you agree to come and skate?, dit-elle d'un coup alors qu'elle en était à lui donner des conseils. — Is it really to know how to skate ? Or just because you were fed up that I insist? Comme un enfant, elle avait en effet insisté pour qu'il lui dise oui, et ça avait fonctionné. Sous la pression, il s'en était sans doute senti obligé, pour la plus grande joie de la brunette qui en prenait désormais un malin plaisir..

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
so i'll hit the lights and you lock the doors. we ain't leaving this room 'til we bust the mold. don't walk away, don't roll your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: we are still kids. [w/lowell]   

Revenir en haut Aller en bas
 
we are still kids. [w/lowell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inazuma dans le Xtra KIDS
» Hero Kids, un JdR à partir de 4 ans.
» [PC Engine] Bonk's Adventure / PC KID
» Les Pronos des podiums dela S6
» Listing Complet Full Set Pal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH MY HAMPTONS!! :: III. SOUTHAMPTON TOWN, THE HAMPTONS :: Shinnecock Hills :: Bayside Airport-
Sauter vers: