Partagez | 
 

 bitches be like. (jules)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: bitches be like. (jules)   Mer 3 Mai - 12:37

for a shield from the storm, for a friend, for a love to keep me safe and warm, i turn to you. for the strength to be strong, for the will to carry on, for everything you do, for everything thats true, i turn to you.



Elle ouvre les yeux, l’impression qu’on appuie avec force sur son crâne se fait immédiatement ressentir. Elle grogne, se tourne dans le lit queen size, à la recherche d’une position qui ferait passer son mal de tête. Les mains dans ses cheveux en pagaille, Dana gémit de douleur et comme à chaque fois, se promet qu’elle ne touchera plus à l’alcool de sa vie. Elle n’a que peu de souvenirs de la soirée précédente, elle n’est d’ailleurs pas certaine de vouloir en savoir quoi que ce soit. Elle se résigne finalement, et se contente de contempler le plafond blanc de sa chambre, le visage grimaçant. D’une main elle talonne sur le matelas à la recherche de son cellulaire, un réflexe typique du 21ème siècle, asservissant au possible. La luminosité même ultra-basse du téléphone lui brûle d’abord la rétine, avant qu’elle n’ajuste sa vision aux caractères qui lui paraissent anormalement petits. La jeune femme passe rapidement sur toutes ses notifications sans y prêter attention, jusqu’à ce qu’elle tombe sur un message en particulier, de « E. ». Elle se surprend à esquisser un sourire; elle se sent franchement idiote. Sentimental and shit. Elle secoue la tête - ce qu’elle regrette de suite -, hésite à lui répondre. Elle ne fera pas, pas tout de suite. A la place, elle ouvre la conversation iMessage qu’elle partage avec Jules, « Hi bb. Brunch at the Country Club? Not asking btw. » et verrouille son écran. Péniblement, elle se redresse, s’étire et enfin, pose les pieds sur le sol. Elle se traine jusque dans sa salle de bain; force est de constater que sa tête est lamentable. Après une toilette rapide, elle décide de ne pas toucher au maquillage; des lunettes de soleil feront l’affaire. Elle relève ses cheveux en un messy bun, traverse sa chambre et se retrouve dans la couloir, elle constate que la villa est étrangement calme. Elle hausse un sourcil, seul le bruit d’un aspirateur dans une pièce voisine se fait entendre. Alors qu’elle s’apprête à faire demi-tour, elle croise l’un des ex-maris de sa mère. Situation inédite, légèrement gênante et pourtant, quasi-quotidienne. « Uh, hi. Where is everyone? » Elle hausse les épaules, fait la moue. « I’m guessing Church. » Plus sarcastique, on ne peut faire. Elle feint un sourire et s’éclipse.
Claquettes à la lanière en fourrure aux pieds, kimono fleuri sur le dos, Dana quitte le domicile familial, Birkin rouge en main - un cadeau. Elle réajuste le verre teinté de ses lunettes et marche jusqu’au Country Club qui ne se trouve qu’à une dizaine de minutes à pieds de là. A leur place habituelle, Dana s'installe, un tantinet impatiente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: bitches be like. (jules)   Jeu 4 Mai - 16:17


“There is nothing I would not do for those
who are really my friends. I have no notion of
loving people by halves, it is not my nature
Elle s’étire mollement, consciente de l’absence de motivation qui circule dans son corps allant presque jusqu’à lui hurler de ne plus jamais quitter son lit. À quoi bon quand, au XXIème siècle, l’Homme se tue à moderniser tout ce qui l’entoure, à engager des sous-fifres payés une misère pour vous servir ce qui est désiré sur un plateau ? Jules hausse les sourcils, considérant sérieusement cette option. Avec tout ce que l’on peut se faire livrer dans les Hamptons elle pourrait au moins se faire livrer pour 1 mois de plats différents à chaque repas. Elle lâche un coup d’oeil vers l’immense fenêtre de sa chambre donnant sur la piscine qui surplombe l’extérieur. Fermant les yeux, elle s’enferme dans la tranquillité de sa chambre. Ça ne dure qu’un court instant puisqu’à peine quelques minutes plus tard, elle entend le bruit de l’aspirateur enclenché par la femme de ménage. Cette dernière ouvre la porte et semble surprise de découvrir Jules encore au lit. « No es no problemo, you puede clean the room. The room, la pieza » indique-t-elle tout en faisant un surplus de gestes pour tenter de se faire comprendre. La femme de ménage lève les yeux au ciel, « You rich girls like to assume that the maid is latina. I’m russian. » annonce-t-elle en pointant du doigt le badge qui orne sa poitrine, au loin, Jules peut déchiffrer « Olga Dimitrov ». Mal-à-l’aise, elle lui offre un sourire sans lui présenter d’excuse, car si Jules est le stéréotype de la riche garce, elle parle aussi le langage des filles, ainsi, traduit le « rich girls » en « rich bitch », naturellement. La brune sort de son lit d’un bond, attrape son Givenchy noir, enfile un jean et un top court et s’en va « Adios, Olga! » lance-t-elle dévalant les escaliers. « You bitch. » aurait-elle pu jurer avoir entendu les secondes qui suivirent son départ. Rejoignant sa voiture, elle texte Dana et se donnent rendez vous au country club, comme d’habitude. Une fois sur place, Jules se rend compte que son amie l’attends déjà, et qu’elle est en retard comme d’habitude. Elle s’installe dans la chaise d’à côté, gratifiant Dana d’un bisous sur la joue, car c’est toujours mieux que de s’excuser. « Please, don’t start, you know about my punctuality issue, so you should have planned to be 10 minutes late. » Jules saisi la carte devant elle, faisant mine de regarder le menu alors que depuis le temps qu’elle vient, elle n’a toujours pris que la même chose. Toujours. « Anyway. I wanna know everything juicy that happened yesterday. With details. » Le serveur lui apporte sa margarita, comme à son habitude. La brune attrape la paille de sa bouche et commence à siroter la boisson. « It must have been exhausting, I can see you aren’t wearing any make up. Or, are you? » Et ce genre de petite scène se produisait chaque fois que les deux vieilles amies se retrouvaient, l’amour vache, en quelque sorte, mais l’amour quand même.


Dernière édition par Jules Varsoci le Ven 5 Mai - 7:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: bitches be like. (jules)   Jeu 4 Mai - 19:29

Elle allonge ses jambes, pose ses coudes sur la nappe au blanche, au risque d’offusquer les Jackie Kennedy présentes. Droites comme des I et la tête haute, révélant des mâchoires dignes des plus célèbres publicités, le répit ne semble pas faire partie de leurs habitudes; pas même un dimanche matin. Dana les dévisage, se retient de lever les yeux au ciel, et les reporte finalement sur son téléphone qu’elle a délaissé pendant bien trop longtemps - une quinzaine de minutes. Jules est nowhere to be found, alors elle se décide à répondre au message qu’elle a ignoré plus tôt. Sourire en coin, elle répond avec dextérité; il faut dire qu’elle maitrise particulièrement l’art du sexting - plus ou moins romancé. Elle se passe une main dans les cheveux, défaisant au passage son chignon qui se faisait de toutes façons la malle, et enfin, aperçoit son amie, toute pimpante.
Jules et Dana. Dana et Jules. Un duo des plus épiques aux actions et paroles douteuses indénombrables. Il peut leur arriver de ne pas se voir pendant un certain temps pour x ou y raison, parfois même d’être en froid pendant plusieurs semaines et de ne pas être tendre avec l’autre. Mais il n’y a que très peu de personne en qui la jeune femme a pleinement confiance, et surtout, de qui elle se soucie vraiment. Elle est la personne qu’elle appellerait si elle un jour, elle devait enterrer un corps, pour sûr. Et si elles se faisaient prendre, au moins elles seraient deux à se plaindre du fait que le orange n’est pas leur couleur. Son baiser l’empêche en effet de lui reprocher son retard, mais pas le reste. « For fuck’s sake Julia, why are you screaming? » Elle lève la main, comme pour lui dire de patienter, le temps qu’elle assimile ce qu’elle vient de lui dire. Et puis, elle se met à la rechercher d’un comprimé antalgique dans son sac à main, les cognements pulsatives reprennent de plus belle. Julia. Elle se plait à l’appeler par son prénom de temps à autres, sans aucune raison si ce n’est l’envie. Elle prend le verre de citronnade directement de la main du serveur, avale son comprimé et enfin, s’adosse confortablement, faisant tournoyer sa cheville. Elle fronce les sourcils lorsque son amie aborde le sujet de la soirée passée, puis hausse les épaules quand elle la taquine sur son apparence. D’un doigt, Dana abaisse les lunettes au niveau de son nez, de manière à pouvoir la regarder sans les ôter, lui attribuant un air sévère et révélant son visage dénué de tout artifice. « Are you? » Elle sourit, narquoise, et finalement relève ses verres, à la manière d’un serre-tête. « Girl, I don’t even remember what happened. » Elle réfléchit, secoue la tête. « I honestly don’t. I remember that Oona had to leave early to go and clean somebody’s house, though. Why are we friends with her again? » Elle feint l’ignorance totale, grimace corroborante. « And my head hurts like crazy. Where were you, anyway? » Elle s’avance afin de joindre ses lèvres à la petite paille, le regard interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: bitches be like. (jules)   

Revenir en haut Aller en bas
 
bitches be like. (jules)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trophée Jules Verne (VR)
» Planète Aotearoa (Jules Verne et les Roues en folie)
» TOUR DU MONDE VIRTUEL DE MALPARTIE, sur les traces de Jules Verne
» DBP de Jules Roy
» Trophée Jules Verne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH MY HAMPTONS!! :: VII. SHOULD OLD ACQUAINTANCE BE FORGOT :: That Which We Destroy :: RP-
Sauter vers: