Partagez | 
 

 italia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: italia.   Mar 2 Mai - 14:55

Adaline Carpenter-DiTullio
courte citation à cet endroit
nom/prénom adaline, doux prénom à la sonorité française,unique vestige de ses parents biologiques. bien que long, elle ne supporte pas les surnoms assosicés de près ou de loin à son prénom. depuis son mariage elle porte le nom de famille ditullio, un nom qu'elle porte avec la prestance et la grâce qu'il doit y être associer. depuis son retour aux états-unis elle utilise de façon plus fréquente son nom de famille d'adoption, carpenter.  âge/date de naissance ▪ 18 octobre 1987, ce qui lui fait trente ans, officiellement. lieu d'origine/nationalité ▪ adaline à vue le jour dans la grande ville de chicago, ville où elle est rester jusqu'à l'âge de seize ans. par son prénom elle suppose des origines françaises, mais cela resterait à confirmé.de naissance elle se sait américaine et depuis cinq ans maintenant qu'elle à obtenue la nationalité italienne.  origines divers ▪ elle ne se préoccupe pas vraiment du passé, elle possède probablement une grande variété d'origine dans son adn, mais bon, comme tout le monde. elle est une citoyenne du monde. langues parlés ▪ elle parle aisément l'anglais et l'italien, pour les affaires elle possède une certaine base en français et en mandarin. x>études/métier ▪ ce n'est pas aux états-unis qu'elle obtint son diplôme, mais bien à l’Opificio delle pietre dure. Elle obtient un diplôme en restauration d'oeuvres d'arts peu de temps avant de tomber enceinte des jumeaux. depuis, elle pratique le métier de commissaire d'art, du moins officiellement. officieusement, elle deal de la drogue à travers le monde. revenus financier ▪ la fortune des ditullio s'élève à plusieurs centaines de millions de dollars. lieu de résidence ▪  quogue. orientation sexuelle ▪ indéniablement hétérosexuelle. les courbes féminines ne l'intéresse aucunement. statut civil officiel ▪ bien qu'elle soit toujours l'épouse d'apollo ditullio, elle est désormais en couple, et sincèrement amoureuse, de jeremy bradshaw, un britannique cinq ans son cadet. elle aime la vie qu'elle peut avoir auprès de lui. ses enfants lui manquent cruellement, mais tant qu'elle les sait en sécurité, elle se permet de vivre une vie normale. elle découvre dans ses bras ce que pourrait être une vie rangée. statut familiale ▪ malgré tout, sa famille restera toujours son époux, son premier amour, apollo. ensemble ils forment une famille disfonctionnelle, mais une famille malgré tout. ils ont les jumeaux, milo et nicola, aujourd'hui âgés de neuf ans, et la petite sabrina, l'unique fille de la famille, maintenant âgée de sept ans. d'une certaine façon, talia, la nounoue, compte dans la famille. après tout, c'est elle qui élève ses enfants. nb d'enfants ▪ trois magnifiques enfants. traits de caractère ▪ manipulatrice. organisée. charmante. intelligente. artistique. critique. belle. franche. directe. amusante.  

   
money or champagne
01. Contrairement à ce qu'elle laisse sous-entendre, elle n'est pas enfant unique. Lors de l'éclatement de sa famille biologique, à l'âge de quatre ans, elle avait deux soeurs cadettes. Elle ne garde pas en mémoire leurs prénoms. Elle ignore encore où elles se trouvent à l'heure actuelle. 02. C'est seulement à l'âge de huit ans qu'elle trouva un refuge permanent chez la famille Carpenter. Une famille qui, sous ses apparences parfaites, s'avèrent une véritable enfer pour Adaline qui préféra fuir à l'âge de quinze ans. Elle ne garde aucun contact avec sa famille d'adoption, seulement son nom de famille. 03. La grossesse des jumeaux n'était pas prévue, bien au contraire. Elle est survenue par surprise, une double surprise. Sabrina à été l'enfant désirée par le couple. Talia, la nounou, à été la seule nounou embaucher depuis la naissance des garçons. 04. Adaline adore le vin, le champagne et le saumon. 05. Son compte en banque déborde d'argent. Toutefois, pour ne pas éveillée les soupçons, elle laisse un doute concernant ses moyens financiers. Elle vit aisément, mais tous croit que c'est parce qu'elle à une excellente réputation dans son domaine. 06. Son amour pour Jeremy est un amour sincère et pur. 07. Adaline parle avec un petit accent, conséquence de parler plusieurs langues. Cela lui donne un petit air sexy.
fuck love, give me diamonds:
 


Dernière édition par Adaline Carpenter le Jeu 4 Mai - 22:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: italia.   Mar 2 Mai - 14:55


Tout autour d'elle avait un amer goût de déjà vue. Cette ville, cette vie, tout lui pesait sur ses frêles épaules. Elle était assise sur son immense terrasse extérieur, cette grande maison qu'elle partageait avec son mari depuis près de neuf ans maintenant. Apollo DiTullio, cet homme de qui elle était tombée amoureuse alors qu'elle n'avait que seize petites années d'innonces derrière elle. Apollo, cet italien beau parleur qui lui promettait ciel et mer. Lunette fumée sur le bout du nez, un melon dans une main et son portable dans l'autre main, elle avait tout de la riche mère de famille. Ses deux garçons jouaient au football sur le terrain spécialement amménagé pour eux. Il n'y avait rien de trop beau pour Milo et Nicola, ses jumeaux de sept ans. Non loin se trouvait sa petite princesse de quatre ans, Sabrina. Elle jouait à la dinette avec la dame de compagnie qu'elle payait pour prendre soin de ses enfants. Elle n'avait pas le temps de le faire, ce n'était pas pour autant un manque d'amour. Milo, Nicola et Sabrina étaient les êtres qu'elle aimait le plus dans ce bas monde. Malheureusement, la vie, les choix que le couple DiTullio faisaient, tout ça avait un lourd prix à payer. L'un d'eux étaient de vivre en retrait, sur une île au coeur du Pacifique que personne ne connaissait. La violence dans laquel ils baignaient depuis dix ans ne devraient jamais être vue par les yeux innoncents de ses enfants. Adaline n'était pas souvent à la maison avec eux. Adaline s'en voulait chaque fois qu'elle partait pendant de longues périodes. Sabrina grandissait à une vitesse folle, il lui arrivait parfois de s'échapper et d'appeler l'employée Mamita. Ce surnom lui brisait le coeur, mais elle préférait voir sa fille heureuse que de voir la peur dans ses grands yeux bruns foncés. Adaline poussa un profond soupire. C'est à cet instant que se téléphone vibra. « Adaline DiTullio » La jeune femme hocha simplement la tête, même si personne ne pouvait la voir. « Per quando in cosa hai bisogno? » L'Italien était devenue sa principale langue, ses enfants eux-mêmes ne disaient pas un traite mot d'anglais. La réponse de son interlocuteur fâcha Adaline qui déposa dans un geste bruque son melon. « Sono in vacanza, Apollo dovrebbe essere in grado di gestirlo. » La Commissaire poussa un profond soupire, l'homme au bout du fil lui annonça que son mari était présentement occupé à sauter toutes les prostituées de Prague. « Molto bene. Sarei a Madrid domani Matine, non essere in ritardo. »

Toute cette magouille remonte à plus d'une décennie maintenant. Adaline ne pourrait jamais oublier ce moment ou, sans le savoir, elle signait un contrat avec le diable en personne ; son époux. Apollo. Dix ans son aîné, anormal à la base, mais terriblement désireux pour cette gamine qui n'avait rien dans la vie. Pas de famille, pas d'amis, rien, sauf sa beauté évidente. Tout juste seize ans que déjà elle travaillait comme strip dans un club de merde, perdu dans la grande ville de Chicago. « Je t'aime tellement, Adaline. » Il pleurait dans ses bras, il en était secouer de spasmes. Apollo DiTullio, le fort, le grand, pleurait son amour pour elle. Ils se fréquentaient depuis quelques semaines maintenant. Ils s'étaient rencontrés dans le club, il avait payer pour une danse. Il lui avait raconter qu'il était marié avec une femme qu'il n'aimait pas et que ça lui faisait un bien fou d'être en compagnie d'une personne aussi ricaneuse qu'elle. La brune avait été abandonnée à l'âge de quatre ans par ses parents, deux toxicos de fond de ville. Les services sociaux l'avaient transporter d'un foyer à l'autre jusqu'à ce qu'elle se sauve. Une bien triste vie, non ?  Puis, en quelques semaines, elle avait vécue le véritable bonheur. Apollo était un homme inlfuent, c'était ce qu'elle pensait, il était couvert d'argent à ne plus savoir quoi en faire. En quelques semaines elle avait vécue tant de belles expériences. C'était son grand amour, elle le savait, elle le ressentait jusque dans le fond de ses tripes. Voir son amant des derniers temps pleurer dans ses bras parce qu'il devait retourner auprès de son épouse lui brisait le coeur. Elle savait qu'il s'agissait d'une histoire temporaire, pourtant, elle aurait tout donner pour que ça continue. « Bel amour, si seulement je pouvais faire quelque chose pour nous garder unis. » Cette phrase, précisément, avait signer son entré dans le monde tordu d'Apollo. L'homme releva la tête vers elle. « Il existe bien une solution, mais jamais je n'oserais te demander une telle chose, amour de ma vie. » Son coeur se renversa dans sa poitrine d'adolescente. Elle était l'amour de sa vie. Adaline le sentait qu'elle ne pouvait le laisser partir ce soir-là, s'il la quittait, elle ne serait plus jamais heureuse. Elle ne serait plus jamais amoureuse. Quatre petits mots qui venaient de la frapper en pleine face. « Pour toi, rien n'est impossible. » Elle se pencha vers lui et l'embrassa, mettant fin à cette conversation, pour l'heure. Cette nuit la il lui fit l'amour pour la première fois. Biensûr, Adaline n'était plus vierge depuis des années. C'était seulement la première fois qu'elle ne se faisait pas payer, la première fois qu'elle se sentait désirée par un homme. Cette folle nuit s'éternisa à son grand plaisir. Adaline était amoureuse à mourir pour lui.

« L'amore della mia vita. Réveille toi, c'est aujourd'hui que tu vas accomplir ta promesse » Adaline ouvrit péniblement les yeux, la nuit avait été si belle, si merveilleuse. L'adolescente se tourna vers l'homme qui lui caressa le sein. « Amore dolce per essere insieme, siete pronti a tutto? » Adaline hocha simplement la tête d'un avis positif. Son amour pour lui déplacerait des montagnes. Jamais elle ne s'attendait à devoir accomplir ça pour être auprès de lui.

Adaline Carpenter, adolescente, seize ans, prostituée à ses heures, était en direction de l'Italie à bord d'un Jet Privé. Elle savait qu'Apollo avait beaucoup de moyens, mais pas qu'il possédait son propre avion, sa propre équipage.  « L'amore della mia vita, vient ici. » Adaline adorait lorsqu'il l'appelait ainsi. En quelques semaines, quelques mois disons le, elle avait appris l'Italien, si elle ne le parlait pas encore, elle en comprenait maintenant l'essentiel. Malgré son passé, la jeune fille avait une intelligence au-dessus de la moyenne et elle apprenait aisément les autres langues. Adaline se leva de son siège et s'approcha de son homme qui la regardait avec une fièvre d'amour. « [color=#339966Tu es certaine, tu ne veux pas reculer ? Ce que tu devra accomplir pour que l'on soit ensemble est si lourd à porter. [/color]» Adaline ne connaissait pas encore ce qu'elle devait faire, mais elle savait qu'elle voulait le faire. Elle préférait vivre en sachant qu'elle avait fait de la peine à une femme que de vivre sans lui. « Per voi, io sono pronto a tutto. » Elle caressa la joue d'Apollo. « Uccide » Adaline écarquilla les yeux, avait-elle bien compris ce qu'il venait de lui dire au creux de l'oreille ? « Je n'ai pas bien compris. » Apollon glissa deux doigts sous son menton et l'obligea à le garder droit dans les yeux. « Uccide » Répéta-t-il. « L'amore della mia vita, je t'ai dit que ce n'était pas une chose facile, qu'être ensemble aurait un prix à payer. » La voyant toujours sous le choc, Apollo s'approcha tendrement d'elle et posa ses lèvres pulpeuses sur les siennes. Emporter par le baiser de son amant maudit, elle succomba. Les doutes s'échappa de son esprit rapidement, elle savait ce qu'elle devait faire. Elle savait que pour être heureuse, elle devrait enlever la vie d'une femme méprisante. Apollo l'aimait, elle l'aimait en retour. Adaline s'abandonna une nouvelle fois dans ses bras.

Adaline refusait, encore aujourd'hui, de revoir la scène dans sa tête. Elle préférait arrêter ses souvenirs à cet instant magique dans l'avion. Elle préférait oublier le regard de cette femme. Le souvenir horrible de jour-là ne l'habitait plus. Plus de dix ans plus tard, elle menait une vie qui ne lui plaisait plus. Si à un certain moment elle avait aimer ce mode de vie, ce n'était plus le cas. Encore aujourd'hui, Adaline gardait une reconnaissance éternelle envers Apollo, il l'avait sortie d'une vie misérable, lamantable. Mieux encore, il lui avait offert un amour sincère, vivant. Il lui avait donner la chance de devenir une mère. Pour tout ça, elle était reconnaissante. Elle avait même pu devenir une personne d'influence dans son domaine. Commissaire d'Art, voilà un métier intéressant. Si au départ les gens le voyait simplement comme la riche épouse d'un homme encore plus riche, aujourd'hui le nom DiTullio dans son univers en faisait rêver plus d'une. Il suffisait qu'Adaline pose un regard sur vos oeuvres et votre vie en devenait changer à tout jamais. Une exposition signé DiTullio, tous les amaterus en rêvaient. Son métier, en apparance, avait tout de correct. Pourquoi prendre la peine de se cacher hors de toute civilisation ?  « Talia, devo lasciare l'isola, Torno in pochi giorni. » Ses enfants se tournèrent tous vers elle dans un seul même geste.  « Mamma, no ! » Sabrina éclata en larme, comme chaque fois et se précipita vers elle. « Hai promesso ! » Milo lui tourna le dos, cachant ses larmes de colère. Nicola s'approcha d'elle et posa un baiser sur son front. « Io amo. » Les aurevoirs avaient toujours un petit quelque chose de dramatique. Peut-être parce qu'une fois, Apollo quitta la maison quelques heures et qu'il était revenu des mois après. Adaline se leva, repoussant sa petite fille dans les bras de Talia. Elle sanglotait, Adaline, intérieurement, se promis que cette vie, c'était terminé. C'était son dernier deal. Elle quitterait Apollo et partirait vivre sa vie ailleurs avec ses enfants...

Le puissant couple DiTullio était à la tête d'un trafic de drogue international. Ils revendaient de tous, mais de qualité supérieur. Ils étaient inssaissisable. Adaline créait des doubles fonds derrière les toiles qu'elle revendaient, le tour était jouer. Apollo possédait plusieurs domaines à travers le monde où les drogues étaient faites. Seul lui connaissait l'emplacement, Adaline était simplement le pont entre les domaines et le reste du monde. C'était pour cette raison qu'il était d'une importance capitale qu'elle devienne importante dans son milieu. Apollo croyait au départ qu'il devrait dépenser une fortune pour que cela arrive, mais vraisemblablement, sa femme avait le doigté magique. Les choses s'étaient fait rapidement et naturellement.


***


Rapidement, les choses avaient dégénérés. Lorsqu'Adaline était arrivé à Madrid le lendemain matin, ce n'était pas son fournisseur Espagnol qui l'attendait, mais plutôt un homme en veston et cravate. Cet homme, elle le connaissait que trop bien. C'était l'ennemi d'Apollo.  Ces mots sembles immatures, mais c'était vrai. Antoni Kavanagh, un homme d'affaire tout aussi puissant qu'Apollo. L'un et l'autre se faisait compétition depuis des années dans le domaine de la drogue. « Antoni. Où est Apollo ? » La peur envahis la jeune femme de vingt-huit ans. Elle remerciait le ciel que sa demeure soit caché de tous, la présence d'Antoni ne signifiait qu'une seule chose ; Apollo et elle étaient en danger. « Ma douce Adaline. Ton mari, je le tiens en ma merci. » Il éclata de rire. Derrière lui apparu l'homme qu'elle avait eu au téléphone, quelques heures auparavant. Filippo, le plus fidèle ami de son époux. « No, non credo ... non è vero, Filippo.» Un homme de confiance de Filippo, Adaline le connaissait depuis qu'elle était venue en Italie, la première fois. C'était devenu un ami, le parrain de Milo et Nicola. Oh non, ses enfants. La peur se forma dans ses yeux. « Adaline, ne serais-ce pas douloureux que de perde les êtres auxquels tu tiens le plus au monde ? » La voix d'Antoni avait quelque chose de menaçant. Il l'invita à le suivre à l'extérieur de l'aéroport. Il n'y avait rien de pire que d'attirer l'attention des gens, du petit peuple. Adaline le suivit jusque dans sa limousine. Filippo l'ignora totalement. Elle ne comprenait pas pourquoi il agissait ainsi envers elle. « Filippo, hai mai dimenticare? » Une question qui souleva un doute dans le regard d'Antoni. « Tua misericordia, Adaline, non più il bene dal momento che il marito è venuto a fare quello che non hai fatto. » Le coeur d'Adaline cessa de battre. Elle compris. « E 'morta, Adaline. Il vero amore della sua vita, l'amore della mia vita. » Cette phrase fût un véritable coup de poignard dans le coeur d'Adaline. Le véritable amour de sa vie, c'était elle ? Toutes ces années n'avaient été qu'une vie de vengeance à l'égard de cette femme, qui, douze ans auparavant, avait été épargner par Adaline..

« Avete una scelta ora. » Antoni posa une main sur son genoux. Adaline plongea ses billes noirs dans l'océan qu'était les pupilles d'Antoni. « Avere una scelta, un bel modo di dire che, se non ascolto a voi e mi uccido te si intendono adottare per i miei figli. » Filippo la regarda, elle avait toujours cette prestance, même dans les pires circonstances. Adaline était terrifiée à l'idée qu'il arrive quoi que se soit à ses enfants, pourtant, à cet instant, elle affichait un air supérieur. Au fond d'elle-même, elle savait que Talia prendrait soin de ses enfants tant et aussi longtemps qu'il le faudrait. Les enfants seraient bien, ils seraient heureux. Sans eux, mais en sécurité et c'était ce qui comptait le plus. Apollo et elle, malgré les tensions des dernières années, étaient d'accord sur ce point. La sécurité des petits seraient en priorités sur tout, sur tout le monde. « Sono un mostro, Adaline. Sia Apollo e si gioca morto, i vostri figli craignerons nulla.» Antoni lui expliqua alors ce à quoi il s'attendait d'elle, de eux. Il désirait créer un monopole mondiale sur la qualité de la drogue. Il en avait rien à foutre des petits dealer de fond de ruelles. Non, lui, il voulait contrôler les grands de ce monde. Malheureusement, à l'heure actuelle, c'est l'équipe DiTullio qui gérait le tout. Il devait les séparer, oui, mais il voulait obtenir l'aide de la DiTullio qui travail. « E 'semplice, Adaline. Si lascia il paese, si è negli Stati Uniti, negli Hamptons per essere più precisi. Nel frattempo, fai quello che hai sempre fatto, ma per me. Nel frattempo, Apollo rimane lontano da voi. che fare? » C'était tout ce qu'il voulait, qu'elle travail pour lui ? Pendant ce temps il gardait Apollo loin d'elle ? Sans le savoir, il venait de rendre possible son rêve de quitter Apollo. « I miei figli? » Ils étaient sa raison de vivre. Elle voulait savoir ce que deviendrait ses chers petits. Elle n'était pas dupe, elle savait qu'il lui serait impossible d'emmener ses enfants aux États-Unis, du moins, pas pour le moment. « La vita come sanno che non cambierà. Non sei in prigione, sarete i rejoindres quando lo si desidera, purché si rispetti il ​​vostro lato del mercato. »


***


Adaline regardait sa galerie d'art. Elle était debout au milieu de la pièce, un verre de vin blanc à la main. La jeune trentenaire sentait les larmes lui brûlés les yeux. La brune était tirailler entre deux émotions, la joie de voir un rêve de se réaliser, malgré les affaires louches dans lesquelles elle faisait affaire, et la tristesse de ne pas avoir ses braves petits auprès d'elle. Un main rassurante se posa sur sa hanche, elle tourna la tête, elle sentait son odeur libératrice. Elle posa délicatement ses lèvres sur sa coupe de vin et se pressa dans les bras de son petit-ami. Il avait été son moteur de motivation pour la création de cette galerie d'art. Adaline rêvait de quelque chose lui appartenant, qui n'aurait rien à voir avec ce qu'elle faisait à côté. Vision Galery était son projet personnel. Enfin, à elle et un peu à Jeremy. Sans lui, tout ceci n'aurait aucun sens. « Je t'aime. » murmura-t-elle en glissant ses bras autour de lui. Jeremy, une histoire surprenante dans sa vie de fou. Son regard brillait dès qu'il entrait dans une pièce. « Alors, tu es prête pour ce soir ? » Adaline rougit légèrement, c'était une grosse soirée qui l'attendait. « Oui. Il ne ma manque presque rien pour être au sommet de mon bonheur. » Elle poussa un petit rire, son coeur se brisa tout de même. Elle entretenait une relation de famille avec ses enfants principalement par lettres, skypes et quelques voyages par année. Une semaine à environs tous les deux mois elle s'envolait pour le domaine où vivait ses enfants.

Chaque fois c'était la même chose. Elle mentait à Jeremy, prétextant un voyage d'affaire. Elle s'en voulait tellement de lui mentir, elle l'aimait sincèrement de tout son coeur. Adaline regrettait cette situation, vraiment. Elle s'envolait ensuite vers Chicago, cet endroit maudit où elle grandit. Antoni l'attendait toujours au même endroit. Il lui remettait une enveloppe, c'était toujours une lettre d'Apollo. Elle ne savait pas trop comment il s'arrangeait, mais lui aussi rendait visite aux enfants. Elle ignorait tout de lui depuis bientôt deux ans. Adaline refusait catégoriquement de lire ces lettres. « Ho pazza di lui. Mi ha mentito per anni, sostenendo che io ero l'amore della sua vita ...» Cette peine d'amour était pratiquement insupportable pour elle. Adaline, dès la seconde où elle appris la vérité, s'était senti violée par Apollo. Elle l'avait tellement aimer, d'un amour sans lendemain. Elle se fichait de ses lamentables excuses. Ensuite, Antoni la dirigeait vers un jet privé qui l'emmenait jusqu'au domaine. Chaque fois, son coeur éclatait en morceaux. Sabrina grandissait en beauté, Milo et Nicola étaient deux beaux jeunes adolescents. Elle n'arrivait pas à croire à combien ils étaient tous beaux. Ils passaient toujours une semaine de rêve. Ils croyaient tous que maman travaillait pour un grand musé et que bientôt elle reviendrait. Le mensonge commençait à germer dans l'esprit des jumeaux, Sabrina y croyait toujours aveuglément. Talia de son côté s'occupait toujours aussi bien de ses enfants. Puis, au bout de sept jours elle repartait en larmes.

Jeremy était arrivé dans sa vie à un moment où elle n'attendait plus rien de la vie. Elle obéissait aux ordres d'Antoni, n'étant rien d'autre qu'un vulgaire robot en manque de tout. Elle n'osait pas reprendre sa vie, se sentant toujours comme une étrangère. Les semaines devinrent des mois, des mois des années. Même si elle refusait toujours de l'admettre, elle devait refaire sa vie. C'est là qu'elle la rencontrer, lui. Il était là, debout devant une photographie, admiratif. « Vous aimez la photo? »  Puis, voyant le jeune homme perdre complètement ses moyens, c'est son coeur à elle qui venait de s'enflammer. « Plutot oui. » Adaline ne peut s'empêcher d'afficher un immense sourire, un véritable sourire sincère qu'elle n'abordait plus depuis fort longtemps maintenant. « Etes-vous toujours aussi éloquent? » Adaline ne se souvenait pas d'avoir autant de répartie. Ce garçon, sans le connaître, sans la connaître, arrivait à recoller des parties d'elle qu'elle croyait enfuis à tout jamais dans ses souvenirs. Elle n'arrivait pas à expliquer ce qui se produisait à cet instant précis, mais elle sentait que quelque chose changeait, autour d'elle. Jeremy était apparu au moment ou elle en avait le plus besoin. « Non, d'habitude je ne réponds pas » Adaline rigola. « Je suis Jeremy. » Son coeur explosa. C'était la toute première fois qu'elle se sentait ainsi, comme une adolescente devant un beau garçon. Jeremy, quel beau prénom. « Et moi Adaline. » Tous les deux l'ignoraient à cet instant, mais très rapidement, ils deviendraient un tout. Jeremy et Adaline. Adaline et Jeremy. Un duo qu'on ne manquerait pas de connaître rapidement. Le pouvoir DiTullio faisait encore son effet dans ce monde. Les gens la reconnaissait, mais rapidement elle arriva à faire oublier qu'elle à un jour été Adaline DiTullio et redevint tout simplement Adaline Carpenter, Commissaire d'Art d'exception, chercheuse de nouveaux talents.

Sa nouvelle vie lui plaisait énormément, il lui arrivait très souvent d'oublier d'où elle venait, d'oublier qui un jour elle avait été. Aujourd'hui, elle était simplement Adaline, la petite amie de Jeremy, ils menaient une vie heureuse ensemble. Malheureusement, toute bonne chose à une fin et la sienne était bientôt sur le point d'arriver...


Dernière édition par Adaline Carpenter le Jeu 4 Mai - 22:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Sterling

avatar

Messages : 341
Avatar, © : claflin, vinyles idylles.
Multinicks : kitty.
Pseudo : aghnn.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Amagansett
Relationships:
Availability: yep (1/3)

MessageSujet: Re: italia.   Mar 2 Mai - 15:21

bon courage pour cette nouvelle fiche

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

❝ yes i know there's a special place in hell for me ... it's called the throne. ❞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: italia.   Mar 2 Mai - 16:12

j'te love
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: italia.   Mar 2 Mai - 16:50

belle, je l'adore cette nana pour l'avoir déjà joué je ne peux qu'applaudir ton choix I love you
bon chance pour cette nouvelle fiche alors. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Sayer Maniás

avatar

Messages : 126
Avatar, © : zoey deutch, belispeak.
Pseudo : l'oisillon bleu.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood:
Relationships:
Availability: open - fr.

MessageSujet: Re: italia.   Mar 2 Mai - 17:36

bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Savie Schuyler
- too vicious for hell
avatar

Messages : 445
Avatar, © : danielle campbell, mine.
Multinicks : lowell, seth.
Pseudo : witchling, clau.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Wainscott
Relationships:
Availability: available - fr/ang.

MessageSujet: Re: italia.   Mar 2 Mai - 20:55

Moooohh, je l'aime tellement Camilla.
Bienvenue parmi nous une seconde fois.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
throw her to the wolves, and she'll return leading the pack.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hamptonsvibe.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: italia.   Mer 3 Mai - 3:32

c'est vrai qu'elle est belle!!
bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: italia.   Mer 3 Mai - 16:56

bon bah du coup, on va se détester
j'avoue que ça va être difficile, elle est trop belle Adaline
bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: italia.   Jeu 4 Mai - 7:26

oh, intriguant
bienvenue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Aurora Moon
you have witchcraft in your lips.
avatar

Messages : 69
Avatar, © : madelaine petsch - myself, tumblr.
Multinicks : daemon
Pseudo : huntress, vendela.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Quogue
Relationships:
Availability:

MessageSujet: Re: italia.   Jeu 4 Mai - 10:59

Bienvenue et bon courage

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

—  She’s something odd and uncertain, half of her was made of stars, full of death and filled with light; her other half was made of scars, full of life and filled with darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Wembley

avatar

Messages : 138
Avatar, © : alicia vikander, mine.
Pseudo : moonlight, dorine.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Shinnecock Hills
Relationships:
Availability: fr/en, available.

MessageSujet: Re: italia.   Jeu 4 Mai - 11:15

Oh, ça fait longtemps que je ne l'avais pas vu.
Bienvenue, et bon courage. I love you

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
so i'll hit the lights and you lock the doors. we ain't leaving this room 'til we bust the mold. don't walk away, don't roll your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: italia.   Jeu 4 Mai - 14:21

Bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: italia.   Ven 5 Mai - 7:19

je valide!! I love you
au plaisir de la voir évoluer en RP bon jeu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: italia.   

Revenir en haut Aller en bas
 
italia.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ou se trouve la ferrari f458 italia
» Total War Italia
» Ferrari 458 Italia sur xbox 360...
» Total War Italia
» Italia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH MY HAMPTONS!! :: VII. SHOULD OLD ACQUAINTANCE BE FORGOT :: That Which We Destroy :: Grumpy Old Versions-
Sauter vers: