Partagez | 
 

 Let's dance. (H a d e s)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Let's dance. (H a d e s)   Sam 29 Avr - 17:51

Hadès McGonagall
Je ne sais pas où je vais, mais je sais que ça ne sera pas ennuyeux.
nom/prénom ▪ Pour ne pas faire dans l'originalité, tu tiens ton nom de ton père : McGonagall. Eh oui c'est un nom purement irlandais, t'es fier de tes origines et de là d'où tu viens. tu n'as pas honte de ton nom et hélas tu as vu le jour avant cette vieille sorcière qu'on adore ... En même temps Minerva, les gars ? Qui ne l'aime pas ? Puis c'est dame smith qui l'a joue. Là n'est pas la question. Toujours est-il que tu aimes ton nom, tu n'en as pas honte et tu le perdureras. Pour ce qui est de ton prénom, tu sors un peu de l'ordinaire. T'aimes bien, ça, sortir de l'ordinaire. Ta mère a pour passion la mythologie grecques. Du coup tes parents t'ont affligés du prénom Hadès, en l'honneur de ce dieu des enfers. le mythique et célèbre Hadès. N'oublions pas l'accent. Gamin tu t'éclatais à reprendre les profs ou personnes qui avaient tendance à oublier ce foutu accent.  âge/date de naissance ▪L'âge n'est pas ce qu'on voit sur un bout de papier. Fin à tes yeux, l'âge c'est celui qu'on a dans sa tête et pour toi... ça dépend des jours. Parfois tu vas avoir un raisonnement 'ancestral', le genre qui sort de la bouche d'un mec qu'à de la bouteille, du vécu, un peu comme toi, mais vingt ans plus tard. Puis parfois tu vas être ce gamin chiant, qui a réponse à tout ... genre comme si tu avais toujours vingt ans... alors que ça va faire bientôt douze ans que t'as plus vingt ans ... Le cap des trente ans, tu l'as bien vécu. Sur les plages Thaïlandaise, si ta mémoire est bonne ... tu viens de souffler tes trente trois bougies et ça t'a fait ni chaud, ni froid ! Ok tu reconnais que tu mets plus de temps pour te remettre de soirée ... ton corps réclame un peu plus de sommeil qu'avant ...  tu les as fêté le 14 de ce mois-ci, soit avril, et tu t'es bien découvert ... ahum ... dicton d'un jour : bonjour. lieu d'origine/nationalité ▪ Toi, t'es pas un gamin du coin. T'es pas un pur produit américain. Non tu viens de l'autre continent. Tu sens bon l'Europe. L'Irlande. Terre natal, cher à ton cœur. Tu as vu le jour plus précisément à Maynooth. Petite ville près de Dublin. Irlandais et fier de l'être, tu t'es exilé pour tes études sur cette terre qui parle du "rêve américain"... mais tu n'as jamais songé à prendre la double nationalité ! Cela irait à l'inverse de tes principes. Tu n'as pas perdu ton accent, au contraire, tu fais tout pour le garder. Tu le chéris presque, c'est ce qui fait ta marque de fabrique. Ta différence en plus. origines divers ▪ Pur produit irlandais, avec une touche d'Earl Grey. Eh ouais ta mère a aussi des origines anglaises, mais tu n'en restes pas moi un Européen pour ces ricains. Un dimanche pluvieux, tu t'es éclaté avec ton frère a faire l'arbre familiale, à votre plus grande surprise, vous avez trouvé de vieilles branches suédoises. T'as pas été plus loin dans les recherches. T'es pas contre l'idée d'avoir un peu de suédois en toi. C'est même plutôt cool. langues parlés ▪ Shakespeare, Beckett, ces noms qui ont bercés ton enfance. Cette langue que tu maîtres. L'anglais qui virevolte, parfois haché par ton accent, parfois doux quand tu parles en français ... eh ouais tu as appris le français, tout comme l'allemand. Tu switches plus facilement en français qu'en allemand ... et puis tu as essayé l'espagnol, mais toi rouler des r ... c'est comme rouler des mécaniques pas vraiment ton délire.  études/métier ▪ Le rêve américain. Le rêve. C'était de ça qu'ils parlaient tes potes à l'époque. Allez sur l'autre continent, voir les choses en grand. Quitter la petite bourgate pour NYC ... le rêve quoi. T'as cligné des yeux. T'as plissé. T'es venu toi aussi chercher un peu de ce rêve. Puissant dans les économies familiales. Crevant un trou dans tes comptes. Tout ça pour quoi ? Un peu de surplus. Un bonus. Des études de littératures au droit. T'as pas mal changé de branche. T'as même testé la com, mais tout ça, ce n'était pas ton délire. T'as vite abandonné les amphis. Les profs intéressants mais chiants. Munis d'un sac à dos et de deux bons amis. T'a pris la route. Voyageant. Savourant. La vie ne s'écrit pas derrière un banc, mais en bougeant. Enchaînant les petits boulots, vivant d'un rien, juste des cultures, du partage, des rires. L'argent tu le mettais de côté aussi, histoire de rembourser tes parents. Argent qui n'ont pas voulu. Puis te voilà, ici. Tel un éléphant dans un magasin de porcelaine. Tu ouvres ton bar, ou plutôt ton 'pub', typiquement irlandais. Typiquement de chez toi. Tavernier que tu dis. Propriétaire et fier de l'être. Tu gères ton entreprise à ta façon. Tel ton père. Finalement ta voix était toute tracée depuis que t'avais six piges. Tu te revois au bar de ton père "plus tard j'ferais comme toi" qu't'avais dit. Il avait ri, avant de te dire de voir plus grand ... c'que t'as fait... au final ... ça t'a juste servi à voyager.  revenus financier ▪ Le fric c'est chic, qu'ils disent. Toi ça te fait plus marrer qu'autre chose. L'argent ? T'en as jamais eu des masses. T'en as jamais eu réellement besoin. Débrouillard, tu trouvais quand tu avais besoin. Simple, c'est ce qu'a toujours été ta vie. Pas de surplus. Toute façon, tu n'en avais pas les moyens. Récemment propriétaire de ton commerce. Tu fais attention à tes dépenses. Tu n'as pas envie de finir à la ramasse. Tu ne comptes pas sur l'argent de ta fiancée. Toute façon durant des années, vous n'en aviez pas besoin ... enfin tu te situes en classe éco, ça te va. Tu as un toit sur la tête, de la nourriture dans ton placard. Et un lit que t'as fabriqué par toi même. Tout ce qui te suffit. lieu de résidence ▪ La première fois. On n'oublie jamais ses premières fois. T'es pas prêt d'oublier la première fois que tu as posé ton pieds en ville. C'était pour rencontrer ses parents. Pour un week-end. Tu ne pensais pas à l'époque que tu y viendrais y vivre ... et pourtant c'est à East Hampton que tu résides actuellement ... Petit appartement pour deux. Tu ne t'y sens pas spécialement à ta place. Appartement fournis par ses parents. Toi tu préfères ta garçonnière au dessus du 'pub' d'ailleurs c'est là que t'es le plus souvent. Faisant des vas et viens entre chez "vous" et chez "toi". De quoi en perdre la tête, mais pour l'instant tu tiens le coup.  orientation sexuelle ▪ Les courbes fines. Le regard doux. Les lèvres voluptueuses. Les femmes. Tu as toujours regardé qu'elle. Pas que les hommes te rebutent, tu sais reconnaître lorsqu'un homme est beau. Delà à ressentir de l'attirance pour un homme... c'est une autre histoire. Non, tu n'as toujours pris de plaisir qu'au contact de ses divines, douces créatures qui narguent ton âme. statut civil officiel ▪ L'amour, ça vient, ça part. Ce n'est qu’éphémère. Tu l'as jamais cherché. Toi t'es du genre à croquer la vie, sans te soucier des lendemain. Tu forces pas le destin. Tu savoures les petits plaisirs. Tu n'es pas de ceux qui couchent à tout va. Non, toi t'es fidèle, presque trop sage. Récemment tu as fait ta demande, ce qui t'a conduit ici ... Fiancé. Tu réalises pas encore. Amoureux ? Tu penses l'être. Il le faut après tout, quand on s'apprête à franchir le pas. Le grand saut. Au fond de toi, tu attends cette petite flamme. Cette passion qui t'envoute l'épine dorsale. Qui t'allume jusqu'à confusion ... L'amour que tu as connu dans tes romans. Que tu lis encore. Tu penses l'avoir trouvé et si dans le fond .. ce n'était que confusion ?  statut familiale Aîné de la famille. Ce n'est pas un fardeau à tes yeux. Bien au contraire. Vous êtes proches. Lui heureux avec sa tribus. Faisant de toi un parrain, tonton presque gâteaux. Tu t'en fiches, c'est ton rôle après tout. T'appelles souvent tes parents. Histoire de les rassurer. Ta mère est heureux de ce futur qui t'est réservé. Elle attendait que ça. Marier son fils aîné. Fière et rêveuse de ton avenir. Parce qu'elle imagine déjà vos enfants, inexistants pour l'instant. T'es pas contre, mais pas forcément prêt pour tout ça ... Pourtant en lui offrant la bague, c'est ce que tu annonces ... Vous avez pas encore la belle maison le portique, le chien et le monospace. Encore heureux. Vieillir. Grandir. ça ne t'a jamais fait peur, mais ce n'est pas pour autant que tu le veux ... Vous aviez une vie à deux pépères, sur les routes et là ... tout change. Toi y compris. D'après ton frère, c'est normal. Tu n'y songes pas trop, pas encore. Tu rêves d'une vie simple, d'un amour comme tes parents. Pas autant "romantique" parce qu'ils le sont trop à ton goût. Ils approchent doucement du bonheur "parfait", des noces d'or ... le temps passe vite et tu te demandes si tu goûteras à tout ça ... Ton frère a trouvé sa pantoufle. Y a plus que toi. Toi qui doit passer la corde cette année. nb d'enfants ▪ Les gosses. Le rêve de ta moitié. Sujet qui s'amène doucement, mais sûrement dans les repas familiaux. Toi, tu souris. Tu esquives comme tu peux. Un peu embarrassé par tout ça. Les enfants ? T'as rien contre. Pas maintenant. Pourquoi ? Parce que tu te poses à peine. Tu viens d'ouvrir ton commerce. Tu tentes de fonder quelque chose. Un jour, peut-être, pas demain. T'as le time pour ça. Puis tu te contentes, en attendant, d'être un super tonton. Et la magie opère de ce côté.  traits de caractère ▪ Une main sur le menton. Tel le penseur de Rodin. T'as toujours un truc en tête. Que ça soit un air, une phrase, une idée ... ton cerveau s’essouffle peu. Tu le méninges pas. C'qui fait de toi, un autodidacte. T'aimes apprendre. Connaître. Savoir. Tu te lasses pas de la découverte. Rêveur, pas idéaliste, parce qu'il y a des limites. Tu n'es pas naïf pour autant. Faut pas se fier aux apparences, t'as ton petit caractère. Tu ne mâches pas tes mots et malgré ton calme et ton sourire. Tu dis ce que tu penses. Fonçant dans les joutes verbales celle que tu préfères. Utiliser les mots plutôt les poings. Ta devise. Perfectionniste, jamais de la vie. Tu aimes te laisser aller, prendre par la vie. Sauf quand tu te mets dans une tâche, tu y vas à fond. Têtu mais à l'écoute, tu sais faire des compromis. Drôle, ton humour peut se montrer noir et très ... étrange par moment. Tu l'assumes. Fidèle, tu es le mec sur qui on peut compter. Serviable, mais pas con. Gentil, mais agaçant, surtout quand tu as une idée en tête. La vie tu la vis avec le sourire aux lèvres, patient de ce qu'elle a t'offrir. Joueur quand il faut. Futé et rusé par envie et pour ne pas t'oublier aux profits des autres. La mouche, tu l’apprécies, assez pour ne pas la tuer ... Sauf si elle vient t'emmerder .. parce que ça va bien cinq minutes.

   
money or champagne
La mélodie se perd dans les airs et toi tu ères. La douce voix de ce Dieu sort, t'éveilles en douceur. Bowie. Un nom. Un mythe. Un homme. Une passion. Parce que t'imagines pas commencer une journée sans un petit Bowie dans les oreilles. Pendant que sa dernière chanson passe en fond, tu commences ta routine. Parce que t'es un de ces marginaux. T'as tes p'tites habitudes, encore plus depuis que t'as posé tes pieds ici. Petit à petit, tu changes. Dame thé se voit relégué pour monsieur café … sur un air de jazz tu finis tes fins de soirée. Doucement mais sûrement. Parce que t'es un mec tranquille, bien dans ses pompes. Tu prends le temps de vivre, de découvrir, limite t'es comme un gosse, qui s'émerveille toujours. Sauf que le gosse, faut pas le prendre pour un con, il a de la répartie et pas qu'un peu. Tu t'es jamais laissé marcher sur les pieds, peut-être pour ça que t'as fini par ouvrir un 'pub'. Que tu ramènes ta culture dans cette ville. Dans ce monde. Ça te fait bien rire de les voir s'apprêter alors que toi t'as besoin qu'un jeans, deux trois tee-shirt et une paire de baskets. Rien de plus, rien de moins. Tu vis simplement, comme tu l'as toujours fait. Ton vieux sac à dos, trône dans un coin de la pièce. Le saluant tous les jours, te renvoyant à tes voyages. Aux paysages que tu as découvert. Ces cartes postales. Ces photos, qui s'affichent un peu partout. Ta vie en carton. En relief. En mouvement à travers ces souvenirs. Parce que toi t'es pas juste un mec qui se pose. T'as vécu. T'as roulé ta bosse. T'as vu du paysage. Et t'as kiffé ! Adoré au point de finir ici … faut croire que sur les chemins de la vie, tu t'es perdu en route … perdu par amour. C'est par amour que tu as fini ici. Souriant à ces gens qui te jugent, mais toi ça t'importe peu. Passant une main dans tes cheveux. Tics que tu as depuis que tes gamins. Refusant de perdre cette douce épaisseur, ainsi que ta petite barbe … Roturier, terme qu'on a souvent employé pour te qualifier. Terme qui te fait bien rire. Tu sais d'où tu viens et t'en es fier. Tu t'es toujours débrouillé par toi même. T'as pas besoin de bling-bling pour percer. Juste de ton sourire. Tel ce Caméléon. Tel cette icône. Tu te réinventes de jour en jour. Tu savoures la douceur d'un coucher de soleil. D'une journée simple. Lorsque tu es nerveux, tu écoutes un vinyle. Ouais parce que t'es rétro comme mec. T'es de ceux qu'on ne voit plus trop … mais ça te plaît.
fuck love, give me diamonds:
 


Dernière édition par Hadès McGonagall le Sam 29 Avr - 22:19, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Sam 29 Avr - 17:51




Demain appartient à ceux
qui peuvent l’entendre venir.


rebel, rebel
Mains dans les poches. Sourire aux lèvres. Tu avances sans trop savoir où tu vas. Bercer par cette chanson. Par cette voix. Enivrante. Torturante. Attirante. Tu te souviens la première fois que tu as entendu sa voix. T'étais qu'un gosse. Ton père te parlait de cette homme qui allait devenir quelqu'un. Pas n'importe qui. Quelqu'un, qu'il t'a dit. Un grand. Il ne s'était pas trompé. Il se trompe rarement ton paternel. Il a le don pour ça. Tu souris en repensant à tout ça. Est-ce qu'elle te manque ? Bien sûr. Tous les jours un peu plus. Un peu moins en même temps. Paradoxe étrange. Tu as envie d'être avec eux, mais t'aimes être ici. Cette ville. Ce grand. Ce big. La pomme qu'on l'appelle. Ce qui pourrait effrayer un mec comme toi. Un mec de campagne. Pourtant ce n'est pas le cas. Loin de t'y faire. De t'y fondre. T'avances juste. Nomade de la vie. Nomade en quête d'expérience. D'apprentissage. Parce qu'on erre tous dans le fond. Certains savent. D'autres non. T'es entre les deux. Ça te plaît. Alors oui tu rêves de courir dans ces champs. De rire avec ton frère, mais tu n'échangerais pas ta place. Ton trou doit se faire par-ici. Ou par là-bas. Qu'importe. Tu verras bien. L'usure de ton sac, t'importe peu. Tu sens à peine ce dernier qui glisse le long de ton dos. Il ne tombera pas pour autant. Des aventures, vous en avez vécu. Tu comptes sur lui. Une silhouette se dessine au loin. L'heure approche. Pas une minute de moins. Encore moins de trop. Tu souris. Pourquoi ? T'en sais rien. L'habituel échange se prépare. Ça te plaît. Elle te fascine. Cette gamine. Haute comme trois pommes. Chiante comme pas possible. Exquise à souhait. C'est l'interdit. Pourtant elle est là. Encore. Toujours. Et toi t'avances. Vers elle. Vers cette joute. Vers ce truc. Indéfinissable. Imprononçable. Certains te diront que t'es con. Le roi des cons, sûrement. Rien. Quatre petites lettres. Un petit mot. Ce que tu feras. Hormis des mots qui seront échangés. Rien ne se passera pas. Tu ne sais pourquoi, mais t'y reviendra .. ainsi de suite. Jusqu'à épuisement. Jusqu'à ce que tu craques. Aujourd'hui ? Demain ? Tu n'sais pas. Tu sais qu'il y aura une date. C'est obligé…  « Tu m'fatigues. » que tu lui réponds. T'as pas la force de lever les yeux vers elle. Toujours à te faire des reproches. À te reprendre. À vouloir plus, moins. Ne pas savoir ça te fatigue. C'était bien au début. C'était envoûtant. Tel une chanson de Bowie. Tu te confondais dans ces mots. Avançant en cadence. Rythme par vos engueules. Ponctuer par vos échanges. Un baiser à l'abri des regards. Des caresses à ne plus s'arrêter. Un credo que vous aviez pris. Rapidement ? Trop peut-être. Elle a lancé le jeu. Tu n'as fait que craqué. Bien trop faible. Trop attirer par cette envie. Ce regard. Passant sous silence ce qui vous différenciez, à commencer par vos âges. Bien trop jeune. Trop pulpeuse. Trop joueuse. Trop. Jamais satisfaite. Éternelle princesse. Ne faisant de toi qu'un simple valet d'opérette. Tu n'étais pas de son monde. Jouet. Amusement. Ce que tu étais. Ce que tu resteras : un passade. C'était bien, le temps que ça a duré. Pourtant y avait cette connexion. L’enivrante. Vous vous consumiez à en perdre la tête. À ne plus voir le bout du tunnel. Oubliant la routine. L'oublie du temps. De l'ennuie. Du reste. Ouais c'était bien. Trop bien peut-être. Trop éphémère. Trop charnel. Trop tout simplement …

absolute beginners
Rayon du soleil qui pénètre cette pièce. Chaud. Tentateur. L'aube apparaît. Apportant son lot de nouvelles. Bonnes, mauvaises. Tu scrutes l'horizon. En quête de rien. Passant une main dans tes cheveux. Sourire aux lèvres, comme toujours. Ton bon vieux sourire. Il ne te quitte guère. Ton masque d’apparat. Le meilleur. Jouer la comédie, ça n'a jamais été ton délire. Jouer de la vie, pourquoi pas. Une main te sort de tes rêveries. De cette nouvelle aire. « hum hum .. » te pinçant la lèvre inférieur. Le drap tombe doucement. Contemplant ce qui s'offre à toi. Son corps, nu. Elle te donne un coup de pied. Ce qui t'amuse. Tu attrapes ton caleçon et sors du lit. À contre cœur. L'heure appartient à ceux qui se lèvent tôt. Vieux dictons de ton paternel. Tu n'as pas arrêté de l'entendre durant ton enfance. Il n'a pas tort. Tes meilleures choses ont eu lieu le matin. « il est quelle heure. » finit-elle par dire, sa voix semi endormi. Ses petits yeux sortent doucement de l'oreiller. « Trop tôt pour toi. » finissant de mettre tes baskets. Tu déposes tes lèvres sur son front « rendors-toi. » simple, mais efficace. Elle te connaît. Elle sait que tu n'es pas du genre à traîner au lit, à l'inverse d'elle. Surtout les dimanche. Toi tu préfères courir, marcher, visiter. Elle dit aimer ça chez toi. Elle dit aimer beaucoup de chose. Et toi ? Tu l'aimes tout court. C'est simple. Beau. Une rencontre qui remonte à sep ans bientôt. Une union qui s'est faite doucement. Le temps c'est ce qui a joué en votre faveur. D'amis, vous êtes devenus amants, amoureux, partenaires. Te faisant doucement à ce statut. Ne changeant rien à tes habitudes. Elle vous a même rejoint sur les routes. Explorant le monde à vos côtés. Charly a laissé sa place sous la tente. Ne voulant pas jouer la chandelle, ce qui t'a amusé. Liv. Douce Liv. Petit à petit t'as oublié les joies passés. Les autres. Te focalisant sur ce que vous viviez. Les découvertes. Pas que de vous. De ce que vous entourez. Ces gens. Ces cultures. Ces pays. Parce que les cours ça t'a vite fatigué. Tu voulais plus. Tel un conquérant, t'es parti. Un an. Puis deux. Puis trois. Les années. Tu ne les vois pas défiler. T'es bien. Vous êtes bien. Charly, Ben et toi. Puis Liv à présent. Récent. Frais. Doux. Tu protèges ce petit cocon. Doux bonheur du début. Parce qu'il n'y a pas de surplus. Qu'elle te demande rien. N'attends rien. Du moins pour l'instant. Alors tu te laisses aller. Bercer par ces sons qui défilent autour de toi. Y a pas longtemps, tu as pu réaliser ton rêve de gosse. Le voir sur scène. T'en as pris plein les mirettes. Lui. Cet homme. Celui qui a bercé ton enfance. Qui a été là dans chaque étape de ta vie. Étrange référence. Passion déroutante. La tienne. Caméléon qu'il est. Qu'il a fait de toi. Tu t’accommodes de village en village. Vivant des petits bonheurs. Qu'aujourd'hui vous êtes à Beijing, mais demain. Demain peut-être différent. Mystique. Et ça te plaît. Ça te fascine. Y a encore trois semaines tu étais à six cents kilomètres de là. Jouissant d'un autre bonheur. Alors tu jubiles de cette journée. T'extasies pour demain. Et savoures ces petits instants.

under pressure
Un mot. Trois petites lettres. Minuscules. Qui à l'unisson forme un grand mot. Oui. Et vous voilà en route, vers un futur. Incertain, mais à deux. Mains dans la mains. Traversant le désert Marocain … mettant fin bientôt à votre périple. Un oui qui sonne comme une fin. Fin de cette escapade. Fin de votre bulle. Fin de cette aventure sur les routes. T'as pas réfléchi sur le coup. Spontané. Vivant l'instant présent. T'as foncé, mettant un genou à terre. Offrant une bague, simple à ton effigie. Elle a dit oui. Ce mot raisonne dans ta tête. Oui, oui, oui. Sa joie. La tienne. Se mélange de sentiment. Confusion qui se met doucement en place. Qu'alliez-vous devenir ? Elle te demande juste de vous poster. De vous installer. De mettre en place votre 'famille', ce dont tu ne peux lui refuser. Parce que c'est toi. Que tu sais faire des compromis. Et puis, il est temps. Ta mère te bassine pour que tu te poses. Que tu fasses comme Héros. Que tu fondes ta famille. Tu lui souris toujours, poliment, gentiment. Ne voulant pas la vexer, mais dans le fond. T'y as jamais songé à tout ça. Et là… Là que tu te retrouves dans ton locale. Les papiers sur le bar. Ton futur endroit. Ton projet. Tout vient frapper à ta tête. Ce oui. Cette scène. Ta demande, digne de ces comédies romantiques. Ces changements qui ont suivis. L’emménagement dans l'appartement 'familiale', celui dont tu te sens à l’étroit. Parce que c'est pas toi. Ils ont pris quelque chose de simple, digne de toi qu'il t'a dit ton futur beau père. T'as souris. Parce que t'as pas honte. T'as pas honte d'où tu viens, de tes valeurs, de ton éducation. Sauf que dans cette appartement, tu te sens doucement étouffer. La voilà en prise à vos projets. Blanc, pêche, cassé, fruits, tous ces mots qui virevoltent au dessus de toi. Tu souris. Hoches la tête. Turbulence à l'horizon, tu fais tout pour éviter. Alors doucement tu t'isoles dans ta garçonnière. Ton havre de paix. Ton endroit à toi. « T'étais où » qu'elle commence à te sortir. Bouffant vos bons souvenirs. Enivré par la routine. La jalousie que se profile. Cet aspect d'elle que tu ne connaissais pas. De toi dont t'ignorais. Parce que machinalement tu deviens l'un de ceux. De ceux qui prennent un petit café en terrasse en lisant le journal. Annonce, faits divers, articles, sports… tu vois en revus les sujets. Omettant juste la rubrique horoscope. Parfois tu sautes la partie politique. Parce que t'en entends assez derrière le comptoir. Ton endroit. Le retour au pays. Tu pensais pas que l'idée séduirait. Tu te débrouilles bien. Fier de ton petit projet. Elle se dit fière de toi. Tu le vois encore dans son regard. Pourtant elle te reprocher de préfère ton pub, à la maison. Maison. Petit mot qui ne te semble guère familier. Lit bien trop grand, trop confortable. Rien n'avoir à ce que tu as fabriqué dans ta pièce. Au dessus du pub, où les relents d'alcools, de tabac se battent contre le parquet. Où tu te sens un brin à ta place.  Parce que tu préfères ce lit, palette pour sommeil, vieux matelas, que le confort XXL qu'y se trouve dans 'votre' chambre. Tu ne t'attendais pas à ça. À tout ça, en mettant ce genou à terre quelques mois plus tôt. Les choses s'enchaînent. Tu te sens à la traîne. Un pas. Puis deux. Tu décroches doucement. La laissant organiser. Te perdant dans ce monde. Tu n'es pas malheureux pour autant. Non pas, vraiment. Tu es bien. Satisfait de ta vie. Tu te dis que c'est ça. Le mariage. La vie à deux, concrètement. Pourtant tu n'arrêtes pas de te dire que … Et puis cette voix. Ce sourire qui est apparu sur ton visage. Doux passé qui revient. Passé sauvage qui refait surface. Dangereux. Interdit. Excitant. Insatiable. Infatigable. Inoubliable … Kenny ...


Dernière édition par Hadès McGonagall le Dim 30 Avr - 8:08, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Sam 29 Avr - 17:52

hifehifdhiosdfhiofdshio

ps: wtf ta sign coco
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Sterling

avatar

Messages : 341
Avatar, © : claflin, vinyles idylles.
Multinicks : kitty.
Pseudo : aghnn.

HAMPTONS VIBE
Neighborhood: Amagansett
Relationships:
Availability: yep (1/3)

MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Sam 29 Avr - 17:52

j'suis le first, c'est beau, on s'aime ?
edit: merde, j'ai pas ruiné le love entre toi et l'inconnue, j'suis triste  
bienvenue  

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

❝ yes i know there's a special place in hell for me ... it's called the throne. ❞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Sam 29 Avr - 17:54

tavernier Laughing et dan, et harry potter et cette signature
bref, je suis fan, bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Sam 29 Avr - 17:57

Lloyd Sterling a écrit:
j'suis le first, c'est beau, on s'aime ?
edit: merde, j'ai pas ruiné le love entre toi et l'inconnue, j'suis triste  
bienvenue  

inconnue mon cul, j'suis ta future fiancée Rolling Eyes
et arrête de ruiner mes bienvenues wesh c pa koul taime po
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Sam 29 Avr - 18:33

Llyod + mais moi je dis oui, surtout à Sam  
puis le prénom lui va tellement bien.  

Gigi + où tu veux, quand tu veux. Lili c'te déesse.
Et puis tu as tout bon de partout donc bon

Kenny + je suis pas satisfaite.
déjà d'où t'es son fiancé à lui
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 5:28


je vais répéter ce qu'on dit mvdd mais dan + le pseudo + ton début de fiche + ta sign, c'est tout simplement de l'art bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 5:56

BIENVENUE. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 7:47

bienvenue et bonne chance pour ta fiche
toi et moi on se connaît
dan est un super choix
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 10:09

Bienvenue sur le forum, courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 10:30

Taron + merciiii ça m'touche surtout que je l'ai écrit cette nuit
du coup j'suis pas fan de Chris BUT de ton perso oui
j'ai b'soin d'un coupain

Dax + c'est que j'ai failli pas reconnaître Ashley
merci

Iris + ça m'fait zarb de te voir en Katie
but iiii likkkke
gardes moi un super lien

Brandon + Merci à toi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 12:05

VOUS FAITES VOS FICHES TROP VITE, J'AI PAS LE TEMPS DE DIRE BIENVENUE QUE C'EST L'HEURE DE LA VALIDATION.
alors alors, déjà faudrait juste me donner le nom entier, parce que je suis une vraie merde je sais pas qui c'est, ce qui est fort regrettable vu cette jolie bouille
ensuite, j'adore Hadès (sans déconner, c'est quoi ces parents qui nomment vraiment leur enfant comme ça ) et j'ai bien hâte de te voir le faire évoluer dans le jeu
je valide bon jeu!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 12:10

Pardon my bad, je vais le mettre en entier, c'est le beau Dan Stevens
sorry not sorry j'étais trop inspirée cette nuit
puis je suis en amour devant Camila
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 12:11

je viens de le google et j'ai vu à peu près les 3/4 de sa filmographie, j'ai très honte là tout de suite.
c'est donc fait
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 12:16

si tu as vu Downton Abbey, soit la base, c'est bon : shame on you !!! j'vais te fouetter sur la place publique
merciiiii
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   Dim 30 Avr - 12:18

JE L'AI PAS RECONNU il fait plus rondouillet dans la série, on a qu'à dire ça
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Let's dance. (H a d e s)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let's dance. (H a d e s)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH MY HAMPTONS!! :: VII. SHOULD OLD ACQUAINTANCE BE FORGOT :: That Which We Destroy :: Grumpy Old Versions-
Sauter vers: